Rien que du vent…

Flashback nostalgique. Ceci est une ébauche que j’avais commencée à gratter il y a maintenant plus de 3 mois et que je retrouve ce soir, après le tour des grands bloggeurs ducs…

Assise sur l’immense canapé d’un bar Carrer de la Princesa, les bras chargés de soleil, Nez Bavard sirote un mojito en compagnie de Méchant Loup

Les choses n’ont pas le même goût, loin de France, sous la lumière de Barcelone. Et tandis que la menthe fraîche refroidit le palais et que le citron vert pétille sur la langue, je reviens sur la journée passée et les éléments évoqués. Le goût de la nostalgie n’est pas loin, puisque mon séjour touche à sa fin, et que je foulerai le sol parisien dans moins d’un mois.

Cette période aura été une sorte de désert des parfums, puisque coupée de mes habitudes, je n’avais pas sous la main matières à stimulation olfactive autant que dans la capitale. Mais il aura été entrecoupé de geysers odorants que furent notamment le Grand Prix du parfum et le lancement de Womanity, qui m’auront apporté beaucoup de joie et de bonne humeur.

Reprise ici dimanche 5 septembre.

Et nous voilà de retour en France, dans un drôle de climat mélancolique ou se mêle le souvenir heureux des jours passés et un léger goût de lassitude pour ce qui a été retrouvé dans la capitale. Ce soir je me pose des questions : quel avenir pour la parfumerie ? Quelle estime pour ces marques qui se laissent lâchement tomber bien bas (oui oui, c’est à vous que je parle, Chanel et Yves Saint Laurent) ?

Ambre Gris a parfaitement et très bien cerné le problème dans son dernier post (que je vous invite vivement à aller lire) : tout est une question de plaisir. Et le plaisir, le vrai, est absent de la parfumerie grand public depuis trop longtemps. Et plus ça va, plus j’ai peur qu’il ne s’absente de plus en plus de notre chère parfumerie confidentielle.

Il y a des soirs (comme celui-ci), où j’aimerais repartir, loin, remettre Amaranthine et me laisser amadouer par ces divines odeurs de sables, de crème solaire et de mojitos…

About these ads

5 Responses to “Rien que du vent…”


  1. 1 Méchant Loup 7 septembre 2010 à 5:18

    Je me demande si ce n’est pas le trop de tout qui nous lasse un peu. A peine le grand public découvre t il les belles créations et la créativité de certaines marques de niches qu’elles se mettent à faire du neuf, juste histoire d’en lancer un et, c’est nouveau, de créer du buzz ! En attendant, Frédéric Malle attend prudemment avant de lancer une nouvelle création, et des chefs d’oeuvre comme le N°19, Shalimar, Habit Rouge peine à renouveller leurs amateurs, à moins qu’ils ne soient vaguement copiés par des marques plus « tendance ». En ce sens, je crois qu’il est essentiel d’insciter les amateurs de parfums à insciter les non-amateurs à autre chose qu’à désirer le dernier né, peut être en leur faisant découvrir les chefs de file, en en parlant, en échangeant nos impressions et nos points de vu. Et pour le soleil, la crème et le mojito en portant un parfum de vacances, n’est ce pas une part de rêve ? J’en redemande !

  2. 2 poivrebleu 7 septembre 2010 à 5:35

    Je te rejoins en effet totalement sur ce que tu développes. Il y a clairement une sensibilisation et une éducation à faire sur les grands classiques et les chefs de file, il faut pointer du doigt les lancements qui valent VRAIMENT le coup et laisser le reste sur les linéaires… Votons avec notre porte-monnaie!!!! Puisqu’il n’y a que ça qui marche…

  3. 3 JulienFromDijon 8 septembre 2010 à 11:09

    Luca Turin a cessé d’écrire à NZZ folio (un journal suisse, les écrits de Turin étant accessible gratuitement en anglais, ou allemand). Dans son dernier papier, il prenait conscience que la parfumerie connaissait un nouvel âge d’or.
    Et je le rejoins sur ce point : Je m’entends encore dire « encore une nouvelle marque de niche -de qualité- dont je n’avais pas entendu parler », il y en aurait presque trop.

    Et voilà, en tant qu’amoureux des parfums, on a déjà choisi nos parfums chéris, nos chef de files. Et les chances s’affaiblissent que de toutes les nouveautés de cette année un petit nouveau fasse sa place dans nos coeurs, et notre liste des « best of ».

    Ainsi, ton papier et les commentaires me font comprendre que les marques de niche se sont développées très vite : 1, 2 voire 3 sorties chaque année. Sur le rythme du happening, comme les marques mainstream qui sortent des flankers pour offrir une actualité.
    Or notre rôle d’amoureux des parfums semblent nous invité désormais à résusciter le rythme d’antan avec ses parfums « institutions ». Vanter des monuments incontournables déjà sorties bien des années auparavant plutôt que les nouveaux parfums et les nouvelles marques.
    Par exemple, d’inviter les gens à sentir Fracas, Carnal Flower, et Beyond love, avant de se perdre dans la quinzaine de soliflores tubéreuse qui arrivent cette année. D’aller sentir « bois des îles », pour se faire une idée fidèle du bois de santal.

    On veut toujours plus, on veux toujours mieux. Mais les nouveautés en viennent à s’annuler les unes les autres. Et c’est peut-être là que mon propos est faux : le propre d’un parfum est d’avoir une identité propre, chaque parfum de Nicolaï est une entité avec ses caractères et ses défauts.
    Il peut toujours y avoir de la nouveauté en parfumerie, le soucis des sorties actuelles c’est de manquer de caractère propre.
    La mode des niches à faire des soliflore-solinote, finit par les faire tourner en rond, car il n’y a pas tant de façons de traiter telle matière première, et chacune de ces façons a été déjà illustré par un très bon parfum.
    Et les marques à grande distribution, à utiliser les ingrédients bon marché, n’arrivent qu’à faire des parfums génériques la plupart du temps.

    On n’a nos classiques à contempler, et les nouveautés pour nourrir notre curiosité, et vider nos portes-monnaie.

  4. 4 JulienFromDijon 8 septembre 2010 à 11:16

    Finalement, dans l’ordre, ce qu’on demande à un parfum, c’est d’avoir :
    1/ de la qualité (dans les ingrédients)
    2/ une personnalité (= un caractère = former une harmonie)
    3/ de délivrer un message émotionnel
    4/ d’avoir un style (style Germaine Cellier, style Mathilde Laurent…), pour ne pas dire « du style ».

  5. 5 poivrebleu 19 septembre 2010 à 8:13

    Bonjour Julien,

    Désolée pour ma réponse si tardive. Je te rejoins sur tous les points que tu soulèves, et je pense que ta liste des attributs d’un bon parfum est exacte. Pour moi, 90% des nouveautés s’annulent en effet entre elles. Par contre, je pense toujours que sur une année il y a au moins un ou deux parfums qui ont un réel « potentiel » (toutes marques de niches et grand public confondues) et qui ont une chance de se faire une place dans nos coeurs ou plus simplement dans les rayons. Encore faut-il que les marques aient envie de les soutenir, ces parfums « prometteurs », car aujourd’hui le vrai souci, c’est que si un parfum ne marche pas dans les 2 à 3 mois qui suivent sa sortie, le budget marketing est alloué ailleurs, et on laisse ainsi mourir des parfums qui pourraient valoir le coup. Sans parler des grands classiques oubliés qui marchent sur une clientèle fidèle mais qui s’amenuise d’année en année. Bref, parfois, on en arrive vraiment à marcher sur la tête…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




La Wish-List de Nez Bavard

Parfums Bois d'Argent - C. Dior / Ambre Narguilé - Hermès / L'eau de l'eau - Diptyque / Angélique Noire - Guerlain / Splash Forte - IUNX / Egoïste - Chanel / Iris Silver Mist - Serge Lutens / Vétiver Tonka - Hermès
Bougies Amber Ambush - Memo / Foin Coupé - Diptyque / Maquis - Diptyque / Orangers en Fleurs - L'Artisan Parfumeur

Archives

Poivre Bleu sur Twitter


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :