Dior : Miss Dior Chérie L’eau / Et réflexions sur LVMH

miss-dior-cherie_59Bon… Bah mon avis sur Miss Dior Chérie n’a pas changé hein… Et encore moins avec ce nouveau flanker de printemps! Pouah pouah pouah, triple Pouah!!

Je me demande vraiment ce qu’ils ont cherché à faire chez Dior, vu que Miss Dior Chérie disposait déjà de son eau légère pour les beaux jours avec L’eau de Printemps. Je crois qu’à un moment, les dépenses toujours plus nombreuses en marketing et en communication ne combleront pas les lacunes et le manque évident de prise de risque. Un parfum plat, vide de sens, vide d’histoire et d’émotions. Un clone de plus rappelant vaguement Cologne de Thierry Mugler sur le départ (mais qui n’a donc aucune parenté avec l’original) et sombrant en moins de 5 minutes dans des abîmes de monotonie sur une note vague de gardénia très synthétique, le tout chargé de muscs blancs.

Je travaille en ce moment sur la stratégie de LVMH dans sa branche cosmétiques et parfums, et ce qui apparaît de plus frappant, c’est que leur travail porte essentiellement sur la recherche d’une rentabilité croissante, rapide et efficace. Vous me direz, rien de bien surprenant en soit, c’est un peu la même chez tout le monde. Dior est pourtant une marque phare de l’empire de LVMH, un symbole important, mais où l’essentiel des dépenses est fait sur la promotion, avec des publicités mettant en scènes des icônes glamour comme Sharon Stone, Charlize Theron… et il me semblait que le capital d’une marque se construit aussi avec la qualité de ses produits. Or, on le voit chez Dior, cela fait maintenant un certain nombre d’années qu’aucun nouveau parfum n’est sorti dans leur gamme. Les flacons sont repris et colorés différemment, on s’attache à créer des absolus, des élixirs, des eaux fraîches, des déclinaisons à l’infini… Mais où est la nouveauté? La recherche, le travail de création? Chaque produit est surexploité pour en tirer le maximum de bénéfices avec la dépense la moins grande possible. Je ne sais pas vous, mais moi ça me déprime. Surtout lorsque l’on pense que Guerlain est en train de prendre le même chemin…

Advertisements

22 Responses to “Dior : Miss Dior Chérie L’eau / Et réflexions sur LVMH”


  1. 1 jeanne 11 mars 2009 à 7:15

    Bien d’accord avec toi ! Ce qui m’a le plus surprise, dans le genre bizarrerie de communication, c’est l’affiche de Sofia Coppola avec les ballons, placardée sur tous les abris-bus, jusque là ok, mais qui mentionne « Miss Dior Chérie », avec en photo en bas à droite le flacon de Miss Dior Chérie L’Eau. Un peu comme si c’était la même chose, mais en fait, non … Très perturbant !

    La dernière vraie nouveauté était Escale à Portofino, qui n’a cependant certainement pas les mêmes prétentions commerciales que ses ainés-clones. Juste un petit lancement olfactivement et esthétiquement correct pour l’image, quoi…

  2. 2 vero59 11 mars 2009 à 7:47

    je ne vais meme plus tester ces « sent bon » vite fait, mal fait, vite vendus et rapidement oubliés
    par contre, escale a porto fino m’avait beaucoup plus, peut etre pour l’été ?

  3. 3 Méchant Loup 11 mars 2009 à 8:36

    Bizarre tout ça, n’est ce pas, mais la confusion fait parler !!! Alors parlons et tout ira bien ! Escale à Portofino est effectivement une nouveauté marquante et qui plait. Midnight Poison est une signature nouvelle et franchement pas si catastrophique que ça. L’Eau de Miss Dior Chérie est un hybride, mais est ce vraiment si « pouah », franchement ? Alors oui, ok, on cherche la rentabilité. Mais, que font Chanel et Hermes au juste ? De l’art peut être, êtes vous sûres ? A l’heure actuelle pour la France, ne serait ce pas plutôt un « salut », difficile certes pour non mentalités frileuses, mais salutaire ? N’y a t il y vraiment aucune poésie dans cette comm ? Pourquoi toujours voir le coté noir des choses ? J’aime bien vos sites respectifs, mais à la longue, on aimerait bien voir un peu de légèreté dans la vision d’un parfum dans son ensemble ! Et ce n’est pas LVMH qui me paye, soyez en sûrs !

  4. 4 Nadine 11 mars 2009 à 9:03

    a la final ce parfum est une extension de gamme ou une nouveauté mais une vraie ?????

    en magasin, la vendeuse m’a dit mais non madame c’est une nouveauté de dior il a le meme nom pour étonner, faire parler mais les notes de la fragrance sont différentes ???
    que penser !!!

  5. 5 jeanne 11 mars 2009 à 9:08

    Méchant Loup, on n’est quand même pas des vieillies aigries jamais contentes ! 😉
    J’ai pris le temps de sentir cette Eau, et franchement, après le départ Cologne à la Portofino, ce parfum ne me procure aucune émotion, je le trouve émotionnellement plat. Après, qu’il vous plaise et vous parle à vous, ainsi qu’à un large public, je ne le conteste pas, je partage juste mon impression (ici comme toujours, sur mon site !)
    La comm est certes très poétique, mais je constatais juste qu’elle était confuse.

  6. 6 Thierry 11 mars 2009 à 9:44

    On ne va quand même pas redéterrer le post sur Guerlain car pour le coup la situation des 2 marques n’est pas la même.
    Cependant, quand je parle de « diorisation » je fais bien allusion à un système d’exploitation d’un nom qui constitue un archétype à la limite de la caricature (je ne parle pas que du parfum mais aussi du PAP et des accessoires)

    Méchant Loup, je ne comprends pas ta remarque sur Hermès. Je suis loin comme tu le sais d’être un fan ardent et exclusif de JC Ellena mais il faut reconnaître que le parti prix est cohérent et que l’articulation Hermessences / produits « grand public » tient la route… et de surcroît l’Eau d’Hermès est maintenue en « grande diffusion » à un prix standard !

  7. 7 Méchant Loup 11 mars 2009 à 10:13

    Jeanne, heureusement que vous n’êtes pas des aigries jamais contentes, mais parfois, moi je fais mon « râleur ». Et oui, effectivement les goûts et les couleurs feront toujours débat. Thierry, pour ma part, je précisais juste qu’Hermes s’inscrit clairement comme Lvmh dans une optique de rentabilité et de rationalisation industrielle. On peut en avoir des frissons mais elle est bien réelle, chez les 3 groupes et les autres.
    Pour moi, cela se traduit chez Hermes par une trop grande ressemblance entre certains parfums et par une gamme exclusive relativement accessible en terme de notes, et par une comm. autour des « concepts artistiques » qui en fait un peu trop à mon gout.

  8. 8 poivrebleu 11 mars 2009 à 11:33

    Méchant Loup, je comprends très bien votre point de vue. Casser du sucre sans arrêt sur les grands groupes ne mène pas toujours bien loin. Mais, premièrement je me dis que vu les profits pléthoriques qu’ils engendrent, j’aurais tort de me priver… Et ensuite, les remarques que j’ai faites partent d’un constat. LVMH ne fait quasiment pas de Recherche et Développement (dans la branche parfums et cosmétiques) ce qui est tout de même bizarre pour un leader mondial. Et ensuite, je ne critique pas tant la communication qui est justement plutôt bien menée et très efficace, que l’absence totale de parti pris, d’invention et il me semble de qualité aussi.

    En ce qui concerne Chanel, certes eux aussi cèdent parfois à la facilité avec des flankers et des rééditions, mais on ne peut pas nier que la ligne des Exclusifs est une superbe réussite et qu’il existe une belle unité et harmonie entre les parfums de la ligne de Chanel, ce qui est loin d’être le cas chez Dior…

    Miss Dior Chérie L’Eau ne rend vraiment rien sur moi. C’est plat, c’est vide, ça m’ennuie et je trouve ça « pouah »… Vraiment. Je comprends que cela puisse vous énerver que je sois souvent dans la critique négative. Mais je m’appuie sur des arguments il me semble, tout ceci n’est pas gratuit. Pour conclure, tout ce qui vient de LVMH n’est pas à jeter à la poubelle bien au contraire, les parfums Christian Dior pour Homme sont une réelle réussite et j’ai une certaine admiration pour Insolence (bien que je ne l’aime pas) et L’Instant sortis chez Guerlain. J’aimerai juste que l’ensemble soit un peu plus tiré vers le haut et vers la création plutôt que vers le profit encore et toujours le profit…

  9. 9 poivrebleu 11 mars 2009 à 11:38

    Nadine, ne pensons rien… Vraiment, j’ai arrêté d’écouter les vendeuses en parfumerie qui sont souvent adorables mais sauf perles rares, ne connaissent vraiment pas grand chose à tout cela…

  10. 10 poivrebleu 11 mars 2009 à 11:49

    Jeanne, moi aussi j’ai trouvé la publicité légèrement confuse, bien qu’assez jolie. Mais c’est ce qui m’énerve en vérité et c’est ce que je dis dans le post. Il faudrait cesser de compenser les lacunes en création par des publicités réalisées par des réalisateurs prestigieux ou en se payant les services de sex-symbols… Je me suis demandée à un moment si le parfum ne me parlait pas parce qu’il s’adressait plutôt aux jeunes adolescentes, mais même pour les jeunes ados, je le trouve sans aucun intérêt, White Musk est largement plus réussi.

  11. 11 poivrebleu 11 mars 2009 à 11:56

    Thierry, oui vous avez raison, la situation des 2 marques n’est pas la même, ne serait-ce que par l’histoire de la maison Guerlain. Mais les mêmes recettes y sont appliquées pour avoir les même résultats. Cela a pour effet de lisser l’identité de chaque marque pour qu’elles soient toutes au même niveau et qu’elles soient toutes très rentables. Encore une fois, on tire vers le bas.

  12. 12 Méchant Loup 12 mars 2009 à 6:39

    Vous avez raison et les blogs nous permettent de nous exprimer, mais je vous dis, hier j’étais surement dans un mauvais jour. Dire (trop souvent) que Guerlain et Dior tirent vers le bas sans nuancer avec ce qui se fait ailleurs me gène. Je ne comprends pas cette admiration pour Chanel et ses Exclusifs (qui sont effectivement très beaux) si à coté ils font un Allure Sport, Allure Sport Cologne, Allure Edition Blanche, Chance et Chance Eau fraiche sur la même « trame » ! C’est difficile à expliquer pour les parfums, que l’on imagine mal comme étant des produits industriels, mais c’est pareil qu’en automobile (ce serait long à développer mais je le ferai peut être un jour sur olfactorum). Ce sont aussi des Flankers et cette gestion s’inscrit dans une logique pour « faire de la rentabilité ». Pour la R&D, ce n’est Lvmh qui la fait, mais ses fournisseurs (givaudan, firmenich). Lvmh fait du marketing et de l’évaluation. Oui, cette réalité économique existe mais que pouvons pas faire contre, si ce n’est aller acheter ailleurs… et n’est ce pas ce que nous faisons tous déjà ??

  13. 13 poivrebleu 12 mars 2009 à 11:17

    Juste pour reprendre sur Chanel, c’est vrai que la ligne Allure s’est pas mal étendue, mais la démarche même si elle est financière est un peu différente puisque ces produits remportent un vrai succès. Dior fait beaucoup de lancements déguisés en nouveautés, et la quantité de déclinaisons est assez incomparable avec des Poison en veux-tu en voilà, des J’adore qui se multiplie, des Miss Dior Chérie x 4, des Dior Homme x 4 (mais on pourrait aussi parler de Givenchy, autre marque du groupe, avec des Very Irresistible x je sais plus combien). Je comprends bien qu’on ne puisse pas critiquer sans regarder ce qui se fait ailleurs, on pourrait notamment penser à Calvin Klein avec ses cKOne qui n’en finissent pas…
    En ce qui concerne la Recherche et Développement, on est bien d’accord que ce sont les sociétés de matières premières qui créent les nouvelles molécules, il n’empêche que LVMH a une cellule de recherche et développement et qu’elle y alloue peu de ressources en ce qui concerne la parfumerie et les cosmétiques. La création est en berne dans ce secteur, les jus qui sortent sont des reprises, des formules travaillées à peine 3 mois qui ne s’apparentent pas à de l’innovation. Tout ceci est commandé par LVMH et encadré par un budget… insuffisant.

  14. 14 JulienFromDijon 14 mars 2009 à 1:22

    Ce sujet est un serpent de mer.

    Je pense que tant qu’on nous laisse un vaste choix de parfum, tout va bien.
    Il y a beaucoup de parfumerie de niche (ou pas) qui vendent de beaux parfums, et elles suffisent à nous égayer chaque année par de nouvelles créations.
    Certes, il y a une plus grande proportion de parfums de mauvaises factures, mais il s’agit juste de les traiter avec indifférence. Sinon ce serait trop déprimant ! Le nom (« miss » « sport »), la marque, si j’en ai entendu parlé en bien sur le web : le tris est vite fait entre les parfums.

    D’autant que je pense que la baisse de qualité des grandes marques n’influencera pas les parfumeries de niche.
    Car elles ont chacune leur clientèle, et donc leur autonomie. Il s’agit donc presque de 2 mondes différents.
    Certes on peut déplorer que les marques à gros budget publicitaire pigeonnent leur client, mais il en va de même pour la crème L’Oréal qui marche pas (80% en pub, 5% en R&D)(le fluide coûte 3 fois moins cher que le pot), et même pour les loteries publicitaire dans le courrier : il suffit qu’1% des gens se fasse avoir pour que ce soit rentable pour les escrocs.

    Je voudrais mettre un bémol sur Guerlain, il a une certaine schizophrénie : certes ils cherchent à se globaliser et à plaire à tous les goûts, mais dans leur maison mère il nous gratifie toutefois d’offres intéressantes chaque années. Ils arrivent à entretenir ma curiosité.
    Et puis, au prix d’insolence et de l’instant, ils arrivent à maintenir et à diffuser leurs chef-d’oeuvre pas trop défigurés, ce qui est très rare toutes marques confondues.

    Tiens, si tu es sur Paris, va voire les « parfums de Nicolai »
    (69, avenue Raymond Poincaré 75116 Paris
    28, rue de Richelieu 75001 Paris
    80, rue de Grenelle 75007 Paris)
    J’ai même appris qu’on pouvait trouver la marque Amouage
    (Bon Marche 24, rue de Sèvres 75007 Paris ;
    Parfumerie De Valois (Madame Michaud) 60 r François 1er 75008 Paris)

  15. 15 poivrebleu 14 mars 2009 à 1:41

    Vaste sujet comme vous le dites JulienFromDijon. Je comprends que la parfumerie mass market et la parfumerie de niche puissent être considérées comme 2 mondes différents, mais je ne suis pas sûre que cela fonctionne exactement comme cela. Que faire des clients qui en ont assez des âneries qui sortent par centaines et qui n’ont pas accès à d’autres fournisseurs plus confidentiels? Que faire de ceux qui n’ont pas les moyens de s’acheter un parfum de niche (dont les prix ont tendance à frôler le ridicule parfois)? Et que faire des passionnés comme nous qui aimeraient voir de la qualité accessible pour tous? Même si la parfumerie de niche peut être considérée comme « à part », ce n’est pas dit qu’elle soient préservée de la baisse de qualité du mainstream ou qu’elle ne soit pas influencée. Du moins à en croire la récente sortie de Serge Lutens, Nuit de Cellophane, qui bien que réussie est beaucoup beaucoup plus accessible que ses autres créations.

    Je me parfume autant chez des petites marques confidentielles que chez des grandes marques mondiales. Et je suis de celles qui souhaitent que la parfumerie grand public soit un peu plus raisonnée. Certes il y aura toujours du bon et du mauvais… mais rien ne m’empêche de trouver un parfum raté et de le dire… !

    Guerlain est une source intarissable de discussion. Là aussi, il y a du bon et du mauvais, savoir où se trouve le curseur est une affaire de goût je pense.
    Merci pour les suggestions je tâcherai de trouver le temps pour faire un tour aux adresses indiquées!

  16. 16 JulienFromDijon 15 mars 2009 à 2:19

    Une personne peut très bien s’informer et découvrir toutes les marques.
    S’il y a 2 mondes différents, c’est uniquement sur le plan commercial. Chacune sa stratégie, avec une clientèle et un équilibre financier différents.
    Le faible coût au litre des jus, le moindre effort de création, rentrent dans cet équilibre, ce qui me fait penser que les « mauvaises grandes marques » ne peuvent pas « s’améliorer » car celà revient à changer toute une mécanique.
    L’argent qui n’est pas mis dans le jus ou la recherche est dépensé dans la publicité (tout comme faire beaucoup de sorties périssables attire le chaland) ou l’emballage, pour telle marge pour le revendeur.
    Les marques ne changeront jamais d’emblée un système qui marche ! Si ça marche c’est que les gens achètent. Il faudrait informer l’ensemble des consommateurs, qui bouderaient alors ces mauvais produits, mais ça revient à avoir une grande foi en l’humanité (et à beaucoup de travail de vulgarisation pour nous, pauvres bloggeurs!). J’ai la foi, mais je n’ai que ça.
    En attendant, avec un peu de cynisme, je pense que les gens ont leur part de responsabilité et ont un peu ce qu’il mérite en se faisant avoir (car passer un certain stade, euh… ce n’est plus une affaire de goût).
    Pourtant une amélioration me semble quand même possible, car quelque soit la marque, le prix des matières premières ne fait qu’une faible fraction du coût final.

    Je trouve que les prix sont similaires. D’autre part, il existe des exclusivités chez les grandes marques, et des parfums hors de prix ratés chez les niches.

    Je pense que le prix n’est pas vraiment un problème.
    Savoir bien acheter c’est déjà faire une économie, même si le flacon est 3 fois plus cher. D’expérience, je réalise que dans mes achats très peu de parfums valaient que j’achète un flacon entier (je me console en me disant que j’en ai pour la vie ! et en partageant avec mon entourage).
    J’ai pris l’habitude de vaporiser mes parfums dans des gobelets en plastique, 1ml fait une douzaine d’application qui dure des heures. Vu le choix de parfums que j’ai sous la main échantillons compris, je réalise qu’1ml en échantillon peut me faire 1 an !
    J’aime sentir plusieurs parfums dans des gobelets plutôt qu’un seul sur ma peau. Aussi il faudra que j’aime beaucoup un parfum pour que je veuille le mettre sur la peau assez souvent pour avoir besoin d’un flacon. J’en suis à un point où si j’aime beaucoup un parfum, mais que je sais que je le porterai que 3 fois dans l’année, j’ai autant mieux à aller le vaporiser dans le magazin (oui, c’est rat! mais de bonne guerre) (les magazins à proximité c’est encore ce qu’il y a de mieux quand on connaît bien toutes les gammes et qu’on aime changé de parfum [là je touche l’ignominie :p])
    Autrement internet permet de grande réduction sur les prix, même les flacons les plus cher et rare passe tous les 6 mois et plafonnent à 110€.
    Mais bon… ça c’est mon scénario de survie, un voeu pieux si sous peu je me retrouve sans le sous, je vois déjà « fleurs d’oranger (AP) » et « Habit rouge extrait » qui me font des oeillades brûlantes ! (200€ et 290€ respectivement). Ôhm ôhm résiste !
    Blague mise à part, on peut aimer certains parfums dans toute leur entité sans les acheter, surtout quand comme toute perfumita on a déjà de très beaux parfums d’ambre, tubéreuse, fleuri blanc, fleuri, rose jamsin encens lys vanille écoeurante…
    Et puis je préfère garder mon argent pour les marques de niche que j’aime bien -> Tu veras, « parfums de nicolaï » ont des prix extraordinairement raisonnables pour une qualité top niveau, d’autant plus que tous les flacons sont valable dès 30ml (pour environ 30€), ce qui incite à acheter toute la gamme. (essaie Sacrebleu, New York, Odalisque, …y’a un certain aléas artistiques pour les autres mais tous valent le coup d’nez)

    Amouage est une autre paire de manche puisqu’ils se targuent d’être les plus chers du monde (direction ebay!), essaie Jubilation XXV (toi qui aime Dzonkgha), jubilation 25 (Roudniska sous amphétamine), lyrics femme (rose), et Gold women (tapis de scenteur) puis Gold homme (/!\ notes animales) (les tout 1er de la marque, qui sentent fort (pas bon pour le nez en pélerinage), et d’un goût particulier).

  17. 17 Anonyme 17 mars 2009 à 10:32

    Bonjour,

    Moi j’ai adhéré à ce parfum, sans avoir vue, ni la pub de Copola que je découvre aujourd’hui, ni les affiches. Et pourtant je suis pas mal les nouveautées olfactives. C’est une eau qui différente de chance ou de clinique. L’orange ou la fleure d’orangée se sent un peut partout en ce moment. Pour moi c’est juste l’air du temps.

  18. 18 Le Musc et la Plume 3 avril 2009 à 9:17

    On ne s’éloigne pas un peu du débat original là ? C’est vrai qu’on adorerait tous faire débattre des gentilles niches contre les méchantes grandes marques qui ne font que des produits commerciaux !
    Mais ici la question d’origine, très intéressante était le problème de la définition d’un produit : est-ce un flanker (même marque, même flacon, mais parfum différent, comme Coco et Coco Mademoiselle), une déclinaison (même marque, même flacon et parfum retravaillé comme Kenzo Flower et Flower Oriental) ou encore une Version d’été (Comme Miss Dior Chérie EDT et Miss Dior Chérie l’Eau de printemps)
    Ici, L’eau de Miss Dior Chérie est présentée comme une déclinaison, ou une version d’été mais n’a RIEN A VOIR OLFACTIVEMENT !!! Si c’est pas de l’arnaque ça ??? Comment veut-on que le consommateur s’y retrouve ???
    Le pire est que Dior avait commis déjà la même erreur avec Dolce Vita et l’Eau de Dolce Vita ! Et ils s’en étaient mordus les doigts !!!
    OK, c’est important de rentabiliser les dépôts de marque mais faire des gammes incohérentes avec une eau de printemps suivie par une eau tout court qui n’a rien à voir, c’est se moquer des gens ! Voilà c’est dit !

  19. 19 Samira 3 avril 2009 à 4:42

    Bonjour a tous.personnellement je n aime pas les parfums dior sauf dolce vitta malgré qu il n existe pas en eau d parfum et midnignith poison mais je ne les porterai pas .fan de coco chanel en eau de parfum ou en extrait j aime aussi m enveloper avant de dormir de l heure bleue.les nouveaux parfums sortis ces dernieres années ne sont pas des parfums a mon avis mais purement publicitaires.je prends particuliérement l exemple de la nuit de paco rabanne supprimé de la vente depuis un certain nombres d années c etait une merveille et rien ne lui ressemble.autre ex cristobal de balanciaga disparu depuis peu une pure merveille et incomparable a un autre.pourquoi faire disparaitre des parfums si somptueux et dont aucune équivalences existent.j espere chers lecteurs que vous aurez compris mon message et donnez moi votre point de vue sur ces disparitions tant regrétées.poivre bleu votre avis m interesse merci.samira de lyon.

  20. 20 poivrebleu 6 avril 2009 à 9:33

    Vous avez parfaitement raison Le Musc et La Plume, le fait que cette « eau » (que je prends personnellement pour une version d’été) n’ait rien à voir avec l’original rajoute à la confusion qui existait déjà avec la campagne de publicité. Cette erreur tactique me choque de la part d’une marque qui est tout de même sensée en savoir un bout sur la communication et le marketing.
    Le but n’était pas tellement de faire débattre la niche contre les grands groupes, il y a encore quantité de très bons parfums qui sortent en mainstream. Non, mon propos ici était surtout de critiquer la politique de création qui est quasiment inexistante chez certaines grandes marques. Encore que, j’espère, un revirement est toujours possible.

  21. 21 misschlo 17 mai 2012 à 8:02

    c’etait le meilleur parfum du marché
    bouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu 😥


  1. 1 how to lose weight in a Week home remedies Rétrolien sur 7 février 2015 à 1:09

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




La Wish-List de Nez Bavard

Parfums Bois d'Argent - C. Dior / Ambre Narguilé - Hermès / L'eau de l'eau - Diptyque / Angélique Noire - Guerlain / Splash Forte - IUNX / Egoïste - Chanel / Iris Silver Mist - Serge Lutens / Vétiver Tonka - Hermès
Bougies Amber Ambush - Memo / Foin Coupé - Diptyque / Maquis - Diptyque / Orangers en Fleurs - L'Artisan Parfumeur

Archives

Poivre Bleu sur Twitter

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.


%d blogueurs aiment cette page :