Acte de décès IFRA 43

cendres-squelettes-arbresRelayée tout d’abord par Lucas Turin dans cet article, puis par les excellents billets d’Octavian Coifan ici et ici, et ceux de Denyse Beaulieu ici et , la nouvelle est tombée. Les nouvelles dispositions de l’IFRA 43 prendront effet à partir du 1 janvier 2010 et à partir de ce moment, plus rien ne sera comme avant. Au lieu de paraphraser, je retranscris ici une partie de l’article de Lucas Turin en français :

« La parfumerie, un art vieux de 100 ans, aura mis du temps à mourir, mais le 1er Janvier 2010, il sera officiellement mort. A cette date, l’amendement 43 de L’IFRA (International Fragrance Association) prendra effet, et tous les parfums du marché, vieux, jeunes, ceux de vos parfums de luxe comme ceux de vos shampoings devront en suivre les directives ou seront hors-la-loi vis à vis de l’UE. Parmi les nombreux désastres que connaîtra la parfumerie de luxe, laissez-moi prendre un exemple emblématique : la mousse de chêne. Cette matière est essentielle en parfumerie et spécialement pour la catégorie des chyprés, incluant Mitsouko et des centaines d’autres. A partir de 2010 elle sera remplacée par d’autres choses qui ne sentent pas la mousse de chêne. Pourquoi ? Parce qu’elle contient certains éléments qui causent parfois des réactions allergiques chez certaines personnes. […] Il semble désormais que les parfums ne seront plus composés par les parfumeurs mais par un comité d’experts européens. »

Pour information, l’IFRA est l’organisme qui est chargé de contrôler et de réguler l’utilisation des matières premières dans les produits parfumés (parfums, shampoing, gel douche…). Y adhèrent la plupart des marques de parfumerie présentes sur le marché et plus largement les sociétés de matières premières telles que Givaudan, IFF, Symrise, Robertet… En dehors de la protection du consommateur face à des produits potentiellement dangereux, l’IFRA peut se permettre, si les industriels s’y retrouvent, d’interdire n’importe quelle molécule comme bon lui semble, interdiction qui fera immédiatement office de loi dans l’UE.

Le problème qui nous touche ici, est que dans son dernier amendement, l’IFRA tape très fort sur les quantités maximum de certaines matières premières qui pourront être intégrées dans les parfums. Cela concerne donc le passé comme le futur. Des molécules naturelles comme de synthèse seront durement touchées et la composition des classiques tels que le N°5 de Chanel, Mitsouko de Guerlain ou encore Joy de Jean Patou se verra modifiée pour être mise aux normes. Ces parfums bien que pour la plupart déjà reformulés risquent de perdre absolument tout ce qui a fait leur légende et leur beauté. Si Chanel ne peut plus dépasser un maximum de 7% d’absolu jasmin (dans une eau de toilette à 10%), que va devenir le N°5 ? Et que vont devenir les champs de jasmin détenus en propre à Grasse par la maison Chanel ?

Cette décision soulève beaucoup de questions. A qui cela profite-t-il ? Pourquoi restreindre l’utilisation de matériaux, potentiellement allergènes certes, mais certainement pas cancerigènes ? Si on me fait lire une étude sérieuse démontrant un lien significatif entre l’utilisation de parfum et l’apparition d’un cancer, je veux bien revoir mon jugement. En attendant, peut-être ferait-on bien de se poser des questions un peu plus sérieuses…  sur les parabens présents dans nos crèmes, tiens ! Plus que tout, cette décision me met en colère. Je suis déçue, révoltée devant tant d’hypocrisie et de bêtise. Visiblement, rien ne peut être fait. La machine est déjà en route, cependant, cela ne nous empêche pas de réagir et de faire part de notre mécontentement. N’hésitez pas à donner votre avis sur le sujet.

32 Responses to “Acte de décès IFRA 43”


  1. 1 Le Gnou 26 avril 2009 à 9:44

    Bonjour,
    J’ai un peu suivi ce récent débat sur les blogs parfumés. Il est question du processus d’auto-réglementation de l’industrie du parfum, qui en plus de l’IFRA, fait intervenir deux autres acteurs : le RIFM et le REXPAN. Voilà un petit topo pour alimenter le débat :

    RIFM : Research Institute for Fragrance Materials
    C’est une association internationale dont les membres sont les principaux industriels producteurs de matières premières de la parfumerie (Givaudan, Firmenich, IFF…).
    Le rôle du RIFM est de constituer des dossiers scientifiques sur les effets de chaque matière première sur la santé humaine et sur l’environnement. Les données de ces dossiers proviennent des industriels producteurs, de la littérature scientifique générale et des propres évaluations expérimentales du RIFM.

    Les dossiers du RIFM sont ensuite communiqués au REXPAN

    REXPAN : RIFM Expert Panel
    C’est un groupe international d’experts indépendants, des toxicologues, pharmacologues… Ce sont des scientifiques, des universitaires n’ayant aucun lien professionel et commercial avec les industriels du parfum. Ces experts sont chargés d’évaluer les données scientifiques fournies par le RIFM et de faire des recommandations d’utilisation de chaque matière première à l’IFRA : restriction, prohibition, ou …rien à signaler.

    IFRA : International Fragrance Association (IFRA)
    C’est une association internationale qui regroupe les industriels des matières premières ainsi que les marques de parfum (LVMH, Guerlain…). Le rôle de l’IFRA est d’élaborer et de publier les règles d’utilisation sûre des matières premières que les professionnels vont s’imposer à eux-mêmes (principe d’auto-réglementation).

    Les recommandations du REXPAN sont examinées par le Comité Scientifique de l’IFRA, qui élabore le projet de régulation pour chaque matière étudiée. Les membres de l’IFRA sont consultés sur le projet de régulation. En cas de divergence ou de controverse entre l’IFRA (l’industrie) et le REXPAN (les experts indépendants), c’est le REXPAN qui aura le dernier mot. Cette dernière chose est importante à noter ( même si l’on sait qu’il peut y avoir des differences entre le fonctionnement théorique et réel d’un processus organisationnel).

  2. 2 delacourte 26 avril 2009 à 8:15

    juste une précision la reformulation a été envoyée a la suite de substitution de la mousse de chêne, a Monsieur Lucas Turin , il y a 3 ans , il a trouvé la reformulation extrèmement bien faite ,il est conforme aux dernières règles et ne sera pas touché ! j’ai l’article en ma possession,
    quant à la dernière reglementation ifra 43 , aucun des parfums Guerlain n’est inquiété.

  3. 3 poivrebleu 26 avril 2009 à 8:36

    Merci Sylvaine vous avez raison de donner cette précision. C’est une bonne nouvelle de savoir que les classiques de Guerlain ne seront pas touchés pour le moment, mais pour combien de temps? Et je me dis tout de même que personnellement j’aurais aimé connaître Mitsouko tel qu’il a été pensé lors de sa création, même si la reformulation est certainement très bien faite. Il faudrait que je me procure un vintage pour cela.
    Les inquiétudes concernent surtout le N°5 et Joy, plus une quantité d’autres…

  4. 4 poivrebleu 26 avril 2009 à 8:51

    Merci le Gnou pour ces précisions, c’est vrai qu’il faut essayer de prendre tout les éléments en compte pour juger de la situation. Même si en effet, les études sont peut-être indépendantes et aboutissent à des conclusions plausibles, cela ne rend pas moins les décisions de l’IFRA assez difficiles à avaler. Les produits étudiés comme le jasmin ou la mousse de chêne présentent des risques allergènes, non cancerigènes… Cela fait assez longtemps que l’on se tartine avec du jasmin ou de la rose pour savoir qu’ils ne sont pas à l’origine d’un cancer! Cela peut-être différent pour les molécules synthétiques, sur lesquelles nous avons moins de recul…

  5. 5 tambourine 27 avril 2009 à 10:13

    mais oui c’est d’une hypocrisie folle..

    et le niquel dans les jeans ou les bijoux fantaise, on en l’interdit pas?

    et comment se fait-il que je fais parfois des allergies à un font de teint vendu en pharmacie comme étant anti-allergène et jamais aux parfums?

    et les addictifs dans les cigarettes, pourquoi ce n’est pas interdit?

    quelle hypocrisie tout cela!

    je ne voulais pas en parler dans mon blog car d’autres l’ont mieux fait , mais finalement je vais m’y mettre, plus on en parle, plus au moins, les gens peuvent être au courant!

    en tout cas cela va dans le sens d’une société on a le sentiment d’être pris de plus en plus pour des imbéciles, à qui on fait avaler n’importe quoi. Un monde avec de moins en moins de saveurs.

  6. 6 sylvaine delacourte 27 avril 2009 à 8:30

    et on nous laisse manger des oranges qui contiennent du limonène!

    tout cela est dur a accepter , je vous comprends tous ,mais il faut faire avec !! et rester positifs , regarder devant ! , et travailler avec le plus grand soin pour abîmer le moins possible les parfums grâce a de nouvelles découvertes , nouvelles matières premières , nouvelles technologies , nouveaux assemblages , c’est un vrai challenge qui booste bien la créativité des parfumeurs qui ont un travail très délicat à faire
    Une petite pensée pour eux , ils préféreraient créer des parfums plutot que de s’arracher les cheveux et passer du temps a reformuler

  7. 7 Le Musc et la Plume 27 avril 2009 à 9:57

    et moi qui achetais mon Miss Dior 2 ans à l’avance histoire de faire rentrer les aldéhydes overdosés de la dernière version pour le porter à la limite du tapé… S’il faut en plus y rajouter un ptit coup de mousse de chêne, piouh ! On s’en sort plus !
    Moi aussi je serais prête à payer le prix fort pour revenir à une version antérieure… Après tout, c’est ça le luxe, non ?

  8. 8 Veneziana 28 avril 2009 à 9:29

    Bonjour
    Je suis ravie de toute cette effervescence bloguesque autour des décisions de l’IFRA. On apprend, on sait un peu plus où l’on met le nez…
    ET je voulais aussi remercier Mme Delacourte de ses interventions. Je m’étais permis de vous interroger sur la raison et la ligne de votre blog, mais dès lors que vous intervenez ainsi et nous apportez une information concrète et de professionnels sur ces questions qui nous restent assez obscures, c’est très précieux.

  9. 9 poivrebleu 28 avril 2009 à 11:52

    Sylvaine, vous avez raison, nous ferions mieux de rester positifs. Après tout, c’est comme cela que l’on avance dans la vie, pas en regardant sans arrêt en arrière. Vous avez raison aussi de dire que la contrainte provoque la créativité, mais l’arrivée de nouvelles matières premières, sans doute très intéressantes, ne rend pas les décisions de l’IFRA moins incompréhensibles. Je me dis que c’est trop facile. C’est injuste, ingrat, stupide et dénué de tout respect pour les parfumeurs, les clients, les amoureux du parfum et surtout irrespectueux de la beauté des parfums (passés et à venir). Mais j’entends vos paroles, et peut-être un jour je me dirai comme vous, que tout n’est pas perdu.

  10. 10 poivrebleu 28 avril 2009 à 12:01

    Comme je suis bien d’accord avec vous Tambourine… J’en ai plus qu’assez moi aussi de voir que des décisions d’intérêt purement financier sont prises sous couvert de « la protection du consommateur ». C’est vrai, le précieux consommateur que l’on protège contre les méchantes molécules allergènes qui risquent de lui faire des plaques rouges… Tant qu’il veut bien continuer à acheter par contre, tout va bien! La crise n’a donc rien appris à ces gens-là? La cupidité et l’envie de faire toujours plus de profit restent leur maître mot?

  11. 11 tambourine 28 avril 2009 à 3:11

    c’est certain qu’on découvrira encore de belles choses, et que c’est un challenge, je n’en doute pas.
    mais c’est vrai que ce règlement aux fondements obscurs semble d’une part tellement lié aux enjeux financiers que cela attriste et surtout c’est rageant de ne plus pouvoir, bientôt, retrouver ses parfums tels quels.
    Surtout qu’à part vous, sylvaine, peu de parfumeurs/ directeurs créations etc.;de marque prennent la peine de communiquer dessus. Alors, il est difficile de dresser la liste des condamnés et de permettre aux gens de stocker leurs parfums favoris.

    Bref compliqué tout cela!

  12. 13 'titefée 29 avril 2009 à 6:55

    Regarder en avant? Non, c’est trop fort, et franchement, au lieu de se coucher les acteurs de l’industrie du parfum auraient bien fait de faire entendre leur voix, proposer un système d’étiquettage, mais après tout, ils s’en fichent, n’est-ce pas, tant que le client continue de payer? La reformulation de Mitsouko, satisfaisante? C’est un moindre mal, mais je m’en fiche, qui se permettrait de réorchestrer les symphonies de Beethoven et de brûler les originaux, même avec tout le talent du monde? En plus, vous avez raison, ça n’amuse sûrement pas les parfunmeurs; réactualiser des classiques et les éditer en flanker, je dis OUI! Je ne suis pas une « coincée » nostalgique des parfums d’antan, je préfère Insolence à « Après l’ondée » par exemple, ET « Eau première » à Chanel5 (pour le porter moi-même), je suis jeune et je vis avec mon temps. Mais qu’on nous rende le Diorissimo de ma grand-mère(complètement défiguré), Diorella, Mitsouko, Chanel5, Joy et les autres! Et qu’on rende leur orgue intact aux parfumeurs!
    Mais: restons positives, n’est-ce pas? C’est-à-dire: continuons à acheter, surtout! Non, moi je dis ZUT!

  13. 14 poivrebleu 29 avril 2009 à 9:19

    Aaah merci titefée!! Merci mille fois! Je ne reprendrai pas vos mots car ils sonnent juste et touchent du doigt exactement ce que je pense. Je le disais dans un commentaire laissé sur My Blue Hour, tant que la parfumerie ne sera pas reconnue comme un Art, les enjeux resteront purement financiers alors qu’ils devraient être artistiques et historiques. Il s’agit de préserver un patrimoine ici, et d’une importance que personne dans l’industrie ne semble soupçonner ou ne veut soupçonner… Comme vous le dites, je préfère encore une réactualisation via les flankers plutôt qu’un massacre sanglant sans queue ni tête qui ne représente absolument rien!!
    Dans des temps pareils on se rend compte que l’on devrait plus utiliser notre porte-monnaie comme une arme, mais la question du boycott est trop délicate. Et je pense que de toute façon, à reformuler impunément des classiques et des accords mythiques, on ne s’en sort pas sans conséquences. Je ne serai pas surprise de voir les ventes du N°5 et des autres baisser, malgré tout le talent de nos parfumeurs que l’on entend peu ou pas sur le sujet.

  14. 15 tambourine 6 mai 2009 à 12:41

    en écrivant des textes (je suis rédactrice) sur les aliments et l’écologie, je suis tombée sur ce passage, concernant les vins:

     » Ces chartes privées de vinification « bio » autorisent certains de ces adjuvants en proportion limitée comme l’anhydride sulfureux, un conservateur alimentaire bien connu qui est utilisé sur la vigne ou sur le vin pour éviter que ce dernier ne s’oxyde (mais qui est suspecté de déclencher des migraines ou des allergies, notamment chez les personnes asthmatiques, ce qui explique que leur présence doive désormais être signalée sur l’étiquette) ou encore l’anhydride carbonique, l’acide tartrique, le tartrate neutre de potassium, l’acide citrique, etc . »

    Alors voilà, là des éléments potentiellement allergènes doivent juste être mentionnés sur l’étiquette, et pour les parfums cela doit-être interdit??

  15. 16 Méchant Loup 7 mai 2009 à 10:10

    Poivrebleu, je partage votre inquiétude,mais je refuse d’être « négativiste ». Les créateurs de parfums veulent continuer à créer, quelques soient les règles. Les palettes de matières premières récentes et « safe » sont tout aussi intéressantes voire même plus riches que celles qui servaient nos ancêtres (nouveaux traitements, nouveaux effets, nouvelles molécules). En outre, je vous invite à lire mon article sur « détour des sens » en Avril voir de faire la balade pour vous rendre compte que l’histoire du parfum moderne n’est pas vraiment une histoire d’art, mais que l’art du parfum s’est créé autour d’histoires d’argent et de personnes ! Aurait on la prétention de vouloir changer les choses, et vont elles réellement dans le mauvais sens ? Je ne crois pas ! Quand à titiller notre porte monnaie, nous sommes passionnés et dépensons plus que la moyenne dans les parfums. Là où nous pouvons avoir une influence, c’est que l’on peut sans doute orienter les gens vers la qualité, des parfums que l’on trouve intéressants en expliquant pourquoi et en parlant des matières premières etc… Je suis en tout cas désolé que votre blog prenne une tournure défaitiste alors que vous avez brillamment mis en avant de vrais beaux parfums, et avec talents ! Je trouve cela dommage. Ne m’en voulez pas mais je préfèrerai que vous retrouviez votre esprit et votre passion et tout ira mieux !

  16. 17 poivrebleu 8 mai 2009 à 11:03

    Méchant Loup, j’apprécie que vous preniez part au débat, et votre intervention est intéressante. Cependant, j’aimerais reprendre précisément les points que vous évoquez. Je me suis volontairement limitée dans la rédaction du billet sur l’IFRA 43 mais ai plus exprimé mon opinion dans les commentaires. Pour ne pas semer la confusion, je vous répondrai prochainement dans un prochain billet où je prendrai plus de temps de m’expliquer.

  17. 18 poivrebleu 8 mai 2009 à 11:06

    Tambourine, oui vous avez raison, certains prennent leurs responsabilités et d’autres pas. Ou ne veulent pas prendre le risque.

  18. 19 Nostalgum 8 mai 2009 à 6:38

    Vive la molécule artificielle et vive le monopole !
    Avant tout merci poivrebleu pour avoir eu le courage de lancer le pavé dans la mare !
    Bien sur qu’il s’agit avant tout d’histoire de gros sous, les grands messieurs qui ont pondu les textes on déjà développé les molécules de substitution, il cloisonne ainsi le marché et s’offre la garanti de retour sur investissement avec un contrôle du marché de la matière première qu’il fabrique et revendent !
    Le plus triste c’est que les parfums naturel vont finir par disparaître complètement, prenons un exemple simple, la cannelle, à l’état pur la cannelle contient entre autre de l’eugénol, cette substance devient interdite, donc l’utilisation d’huile essentielle de cannelle devient interdite ! pareille pour le limonène, etc…
    Alors n’est ce pas un peut contradictoire ? Va t’on interdire la vente des huiles essentielles également ?
    Que l’on protège le consommateur, OUI.
    Qu’il soit informé des risques allergènes, OUI
    Qu’on lui interdise le naturel au profit financier des molécules de synthèses est par contre hallucinant.

  19. 20 Si j'avais au moins... 9 juin 2009 à 8:35

    Adieu En Avion et Poivre de Caron aujourd’hui reformulés en peau de chagrin, adieu l’exotisme mystérieux du vrai et ancien Mitsouko, adieu Après l’Ondée et Chant d’Arômes en extraits de parfum, adieu JOY et son overdose de jasmin de Grasse et de rose de Mai! Vive la positive mentality pronée par Syvlaine Delacourte chez Guerlain et leurs nouveautés véritables clones de la parfumerie bling bling de masse, juvénile et rose bonbon!

  20. 21 poivrebleu 10 juin 2009 à 8:21

    Vous avez raison, si nos grands classiques disparaissent, on ne sait pas vraiment ce que nous réserve demain… En dépit de tout ce que l’on nous dit sur les progrès de la parfumerie et sur les nouvelles molécules, c’est un scandale de faire disparaitre de la palette des parfumeurs des matières irremplaçables par des molécules de synthèse qui n’auront jamais leur beauté et leur profondeur…

  21. 22 Si j'avais au moins... 11 juin 2009 à 6:08

    Absolument Poivre Bleu! Certes en dépit de palettes de plus en plus réduites dénuées d’essences naturelles (situation qui fera bien l’affaire des grandes sociétés de parfums comme Givaudan et IFF), les parfumeurs seront toujours capables de produire des parfums à la mode à la longévité éphémère qui plaîront aux jeunes filles. Par contre, la Haute Parfumerie, classique et légendaire, celle qui utilisait les matières les plus nobles, rares et précieuses dans des concentrations à en perdre la raison, il est évident que cette parfumerie est condamnée à disparaître à tout jamais.

  22. 23 tambourine 11 juin 2009 à 9:46

    quelle tristesse.. et surtout que faire?

  23. 24 Laurence 16 octobre 2009 à 4:51

    Bonjour,
    Je ne connaissais pas tous ses éléments quand je suis intervenue sur le site auparfum.com
    Je suis surprise et deçue que les amateurs comme vous et les industriels n’essaient pas de trouver une solution pour préserver les grands chefs d’oeuvre.
    Je suis certaine qu’une solution existe.
    Il faut chercher!
    C’est plutôt inquiétant ce qui se prépare…

  24. 25 poivrebleu 20 octobre 2009 à 10:22

    Bonjour Laurence,
    Je comprends votre déception et sachez qu’elle est partagée… Malheureusement, à notre niveau d’amateurs, nous n’avons quasiment aucun poids! Comment voulez-vous que les législateurs écoutent les petites voix des petits râleurs que nous sommes ?? Nous n’avons absolument aucune influence, d’autant plus que l’industrie du parfum ne nous suit pas et n’appuie pas notre colère. Au lieu de ça, elle s’exécute (dans tout les sens du terme) sans broncher et ruine petit à petit sa palette de création… A ce rythme là, il n’y aura plus rien à sauver dans 4 ans…

  25. 26 Muguette-'titefée 25 octobre 2009 à 7:30

    Poivrebleu, si vous me permettez, j’aimerais suggérer à Laurence la lecture de ce débat sur le site de Graindemusc, site que vous serez par ailleurs ravie de découvrir, si vous aimez les parfums, nous ne sommes pas toujours en train de râler!
    http://graindemusc.blogspot.com/2009/04/un-monde-sans-joy.html

  26. 27 Muguette-'titefée 25 octobre 2009 à 8:11

    J’aimerais citer Luca Turin -qui lancé l’alerte il me semble: « Pour la vraie parfumerie, je ne vois qu’une belle et simple solution: Guerlain, qui aura le plus à perdre, doit prendre les rênes et a) courageusement restaurer Mitsouko et lui rendre sa gloire pré-formulation et b) ajouter une mention « NE PAS VAPORISER SUR LA PEAU »
    Personnellement j’ajouterais « en cas d’allergie à ceci ou cela (précisant l’ingrédient en cause) ne pas vaporiser sur la peau ».
    Mais bon, voir les maisons de parfum -ou pour être plus exacte, les grands groupes tels LVMH ou L’oréal- collaborer et se soucier de la dimension artistique et qualitative du parfum avant toute considération mercantile? Je crois qu’on verra des poules avec des dents, des vaches avec des ailes et un flacon de Diorissimo en parfait état de conservation avant ça.

    J’aurais bien une idée: une pétition, menée par les différents bloggueurs à travers le monde, expliquant d’une part la situation actuelle et l’enjeu pour les joyaux de la parfumerie et les risques pour la santé des consommateurs, exigeant d’autre part le retour aux formules d’origine des classiques (avec, au pire, le maintien des formulations actuelles sous forme de flanker) et un étiquettage (mentionnant la substance allergène contenue, la recommendation en cas d’allergie, et la date de la formulation pour plus de transparence). C’est quand-même pas sorcier, toutes ces données sur l’emballage du flacon!
    Ce serait si simple, vous les créateurs de blogs et passionnés de parfum vous connaissez et êtes déjà pour la plupart en contact!

    Et je suis d’accord avec Emmanuelle « screw the positive attitude » lol

  27. 28 poivrebleu 25 octobre 2009 à 9:33

    Bonjour Muguette,
    je suis d’accord, apposer ces quelques informations supplémentaires sur les flacons, ce n’est pas bien sorcier. Et l’idée de cette pétition est tout à fait pertinente, encore faut-il avoir les moyens de justifier ce que nous avançons en termes de risques et en termes artistiques. Sur ce dernier point, les choses évoluent peu à peu, notamment grâce aux blogs et à la position que certains d’entre nous prennent à ce sujet (voir les derniers billets sur Grain de Musc ainsi que ceux de 1000 Fragrances), mais nous sommes encore très loin d’être en position de force, j’en ai peur. D’ailleurs toute cette histoire est une affaire de force (et de volonté). La parfumerie n’est peut être pas (ou ne veut pas être) en position pour imposer ses choix face au monde sans risques des dermatologues et des consommateurs frileux ou hypocondriaques…
    Mais il faudra bien agir un jour… j’espère que ça ne sera pas dans trop longtemps!

  28. 29 poivrebleu 27 octobre 2009 à 8:04

    Muguette,
    Je connais bien le site de Grain de musc que je consulte régulièrement et sur lequel je suis déjà intervenue à propos du débat sur l’IFRA. Et je suis d’accord, nous ne sommes pas toujours en train de râler…

  29. 30 Mandrake 11 septembre 2010 à 5:55

    Tout ça est très passionnant et je ne découvre cela qu’aujourd’hui, mais pourquoi vos interventions ne sont plus d’actualité? Nous sommes fin 2010 et plus rien …?

  30. 31 Mandrake 11 septembre 2010 à 5:56

    J’espère vraiment une réponse !

  31. 32 poivrebleu 19 septembre 2010 à 7:42

    Bonne question Mandrake (et désolée de la réponse tardive),
    Il est vrai que je n’ai pas relancé le débat sur les restriction de l’IFRA début 2010. Sachez simplement que je ne suis pas seule sur la blogosphère et qu’il peut être ennuyeux pour les lecteurs de lire la même chose sur tous les blogs qu’ils consultent. Le débat sur l’IFRA est toujours vif et d’actualité, mais il faut aussi savoir faire passer son message autrement… Je m’exprime plus ponctuellement sur le sujet chez mes confrères ou dans mes propres billets mais de façon moins évidente. J’attends aussi de voir les choses évoluer de manière significative pour réagir.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




La Wish-List de Nez Bavard

Parfums Bois d'Argent - C. Dior / Ambre Narguilé - Hermès / L'eau de l'eau - Diptyque / Angélique Noire - Guerlain / Splash Forte - IUNX / Egoïste - Chanel / Iris Silver Mist - Serge Lutens / Vétiver Tonka - Hermès
Bougies Amber Ambush - Memo / Foin Coupé - Diptyque / Maquis - Diptyque / Orangers en Fleurs - L'Artisan Parfumeur

Archives

Poivre Bleu sur Twitter

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.


%d blogueurs aiment cette page :