Posts Tagged 'cologne'

Christian Dior : Eau Noire

Flacon de Eau Noire, Christian DiorEau Noire de Christian Dior. Découverte en même temps que Bois d’Argent, j’ai dû attendre pratiquement un mois de plus avant de me décider à parler de la troisième et dernière Cologne de Christian Dior. Sortie en 2004 sous la direction de Hedi Slimane, Eau Noire a été créée avec Francis Kurkdjian, un parfumeur très demandé et qui connaît un grand succès.

J’ai pour Bois d’Argent une affection sans limite, pour Eau Noire il s’agirait plus de passion. Sombre, intense, audacieuse, sa puissance aromatique me fait tourner la tête (dans le bon sens). Elle donne à la peau un aspect complètement différent, on a l’impression de l’avoir frictionnée avec des herbes fraîches, puis de l’avoir légèrement poudrée. Je la trouve incroyable. Elle ne se range nulle part, elle est chaude et fraîche, piquante et douce. C’est une fantaisie parfumée, et pour autant il se dégage de ce parfum une sorte de classe innée. Je ne la trouve pas citadine cependant, elle est du meilleur effet portée avec un costume ou un tailleur. Mais pour moi elle sent les vacances, les herbes folles, les parfums denses des promenades dans la nature. La couleur de son jus (vert émeraude) la rend presque mystérieuse. Je crois qu’elle sent une partie de soi-même lorsqu’on la porte, c’est finalement le cas avec tous les parfums, mais Eau Noire est magique, c’est un élixir qui fait ressortir de vous une essence et une présence un peu spirituelle.
Ce que j’aime le plus dans Eau Noire, c’est son accord aromatique. Le terme aromatique est donné aux plantes qui sont riches en huiles essentielles, on retrouve donc dans cette liste : lavande, thym, sauge, romarin, sariette, serpolet, pour les plus connues.
Dans les civilisations grecque et latine, qui forment aujourd’hui l’héritage de la civilisation européenne, il faut savoir que les aromates ont joué un rôle excessivement important surtout dans les rites religieux. Avant que le parfum ne se démocratise, l’usage des herbes aromatiques était exclusivement réservé aux rites religieux et toutes utilisations autres étaient sévèrement condamnées. Aujourd’hui la perception de ces plantes est très différente, mais elles véhiculent toujours avec elles une symbolique forte (et plus ou moins consciente) de pureté et de divinité (en Grèce Antique, la pureté des dieux venait du fait qu’ils se nourissaient des vapeurs aromatiques des herbes que les mortels faisaient brûler pour eux). Cette symbolique est peut-être l’une des raisons pour lesquelles j’aime tellement Eau Noire, mais j’ai aussi passé des vacances baignée dans cette atmosphère d’herbes odorantes, il y a donc aussi, et surtout, le rôle joué par l’évocation et la mémoire. En réalité, ces plantes sont aussi connues, en plus de leurs caractéristiques odorantes, pour leurs propriétés médicinales, ce qui joue aussi un rôle important dans l’attrait qu’elles représentent pour leurs utilisateurs.
Le thym (thymus vulgaris est l’espèce la plus connue et celle dont on tire l’huile essentielle) est une plante rampante de la famille des Lamiacées qui doit son nom au thymol, une substance bactéricide. C’est une plante très résistante qui pousse dans les terres arides et rocailleuses des régions méditerranéennes, et dont les fleurs sont blanches ou rose pâle. Il est connu en médecine pour ses propriétés antiseptiques, expectorantes, anti-spasmodiques et anti-virales.
La sauge (Salvia) est aussi une plante de la famille de Lamiacées, son nom vient du latin « salvare » : sauver. Elle possède en effet de nombreuses vertus médicinales (antiseptique, bactéricide, calmante, digestive, énergétique, fébrifuge…). Un dicton provencal dit : « Qui a de la sauge dans son jardin, n’a pas besoin de médecin. »
La lavande (lavendula) fait aussi partie de la famille de Lamiacées, pousse sous forme d’arbrisseau (buisson) et porte des fleurs en forme d’épi de blé, mauves ou violettes. Elle pousse dans des sols calcaires et ensoleillés. C’est une plante mellifère, très recherchée par les abeilles. Elle est connue depuis l’époque des Romains qui s’en servaient pour parfumer leur linge et leur bain. Elle connaît un usage très important en parfumerie depuis ses origines jusqu’à nos jours. Elle a aussi des propriétés médicinales, proches de celles du thym et de la sauge : antiseptique, bactéricide, désinfectante, calmante, anti-spasmodique, cicatrisante…
Toutes ces propriétés empiriques, qui se recoupent avec la symbolique religieuse (qui sont d’ailleurs en lien avec l’idée de pureté donc de divinité) et qui s’ajoutent à un vécu, expliquent mon attirance, et celle de bien d’autres personnes, pour ces plantes et par ce biais, pour toute préparation odorante qui les contient.

Car c’est précisément cet accord aromatique qui me rend totalement folle, et qui me donne envie de m’asperger littéralement avec Eau Noire. Ce serait cependant une très mauvaise idée, car bien qu’elle soit merveilleuse, elle est saisissante et prend vraiment au nez. Elle tient de plus excessivement bien, deux ou trois pulvérisations suffisent.
Composée d’absolu de thym blanc et de sauge, de bois de cèdre et de violette, elle développe aussi des notes de lavande que l’on sent très longtemps, de vanille et d’une petite touche chocolatée. Point de sucre, mais de la douceur en effet, et une épaisseur sombre, comme celle du chocolat noir. Je ne serai pas surprise que le romarin entre aussi dans sa composition.
C’est un parfum qui me suggère la réflexion et le calme, j’ai envie de la porter chez moi, ou avec des proches. Elle est exceptionnelle, on a envie de la sentir chaque fois qu’on la met, pour ne pas s’y habituer et ne pas l’oublier. Eau Noire est bien plus qu’une eau de Cologne, ce n’est pas précisément un parfum, car son accord n’est pas terriblement complexe, mais je pense que c’est cette caractéristique qui la rend si intéressante et si marquante. Elle se vaporise à large jet sur tout le corps et sur votre mouchoir, pour avoir cette odeur enchanteresque disponible à chaque instant.

Sources : OsmoZ, Wikipedia

Christian Dior : Bois d’Argent

Retrouvez cet article ici : http://poivrebleu.com/2007/02/25/perfume-christian-dior-bois-dargent/

Bois d’Argent fait partie de 3 eaux de Cologne créées en 2004 par Hedi Slimane, et qui mêlent toutes 3, classicisme et modernité. Bois d’Argent est incontestablement ma préférée, bien que Eau Noire me fasse chavirer presque tout autant (Cologne Blanche étant plus classique). Ne vous fiez pas à l’appellation « eau », ces parfums sont pleins, intenses, construits, et tiennent très bien.
Les flacons sont très sobres : de grands cylindres (200 ml) surmontés d’un bouchon en laque noire, le tout dans un étui cylindrique blanc, le nom inscrit en relief noir.

Bois d’Argent est un parfum de classe absolue. Il est à la fois simple et sophistiqué, dense et aérien, doux et fort, masculin et féminin. C’est un équilibre (presque) parfait entre ses composants. Dans la liste de mes notes parfumées favorites, je dois rajouter aujourd’hui le bois, après le cuir et la pivoine (ainsi que la tubéreuse et l’encens). Bois d’Argent rappelle Bois d’Arménie de Guerlain, par son côté sec, sauf qu’ici, au lieu d’être poussiéreux, il est poudré, comme la coiffeuse d’une élégante dame, sur le bois de laquelle s’est déposée un peu de poudre libre. Je suis prudente avec les notes poudrées car dans certains parfums, je ne les aime pas du tout, elles peuvent rapidement prendre toute la place et étouffer l’ensemble du parfum. Mais ici, elles sont subtiles et délicieuses.
Bois d’Argent est composé comme suit : T : Encens du Yemen/Absolu Iris ; C : Myrrhe de Somalie/Patchouli ; F : Miel d’Alicante/Cuir du Sahara.
On note la présence de l’encens et du cuir, qui sont représentés de façon très délicate dans ce parfum. La myrrhe et l’encens apportent un côté balsamique enveloppant, le miel et l’iris une douceur infinie. Le jus est d’une couleur dorée claire qui parachève la touche de chaleur duveteuse de Bois d’Argent. On sent dans ce parfum le côté aérien de la poudre, ainsi toute sa finesse, au moment même où l’on décèle la fluidité du miel et la souplesse du cuir.
Aaaaaaaah!! Il me suffit d’en déposer une touche sur le dos de ma main pour avoir l’impression de répandre une lumière douce et blanche comme celle de l’aube. La référence au métal (l’argent) dans le titre le confirme : ce parfum est blanc, et sa note boisée aussi, mais il n’a absolument rien de métallique. Le patchouli qui souvent donne une impression humide aux parfums est ici sec et lisse, comme transparent. Sa touche boisée est présente, mais sa force est atténuée, elle est plus sensible, et stable (a contrario de Bois d’Arménie). D’ailleurs ce parfum est assez régulier, la note de fond n’est pas radicalement différente de la note de tête, il est presque possible de retrouver chaque élément du jus tout au long de son évolution.
Porter Bois d’Argent, c’est être sobre, élégant et discret à la fois. Par son côté lumineux et blanc, c’est un parfum à porter le jour, à vaporiser uniformément sur la poitrine et les bras, en fines gouttelettes, aussi fines que les particules d’une poudre.
Ces trois eaux de Cologne ont été éditées en 2004, et sont arrivées un peu comme des exceptions dans l’univers Dior actuel, si bien que pendant un moment j’ai cru qu’il s’agissait de reéditions de l’époque de Monsieur Dior! Mais je pense que c’est plutôt un signe d’excellente qualité, et la preuve que le classique sobre est aussi beau et épatant que le style extravagant et décalé de Monsieur Galliano…

Source : OsmoZ


La Wish-List de Nez Bavard

Parfums Bois d'Argent - C. Dior / Ambre Narguilé - Hermès / L'eau de l'eau - Diptyque / Angélique Noire - Guerlain / Splash Forte - IUNX / Egoïste - Chanel / Iris Silver Mist - Serge Lutens / Vétiver Tonka - Hermès
Bougies Amber Ambush - Memo / Foin Coupé - Diptyque / Maquis - Diptyque / Orangers en Fleurs - L'Artisan Parfumeur

Archives

Poivre Bleu sur Twitter

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.