Posts Tagged 'lavande'

Vero Profumo : Kiki

Sur le site internet de Vero Kern, la créatrice des parfums Vero Profumo, on peut lire : « Les odeurs échappent à l’emprise rationnelle, à la langue. » En lisant cette phrase, j’ai immédiatement fait une association qui m’a semblé résumer assez bien la perception du monde des odeurs : une odeur est un sentiment. Elle ne se perçoit qu’à travers le sentiment auquel on la rattache, s’impose à nous de la même façon qu’un sentiment prend sa place dans notre coeur et y plante sa tente. Je vis les parfums de cette façon, et je pense que c’est ce qu’a souhaité exprimer Vero Kern lorsqu’elle a écrit cette phrase.

La perception des parfums Vero Profumo se fait dans cette optique, Rubj, Onda et Kiki sont des parfums addictifs ou répulsifs, les sentiments qu’ils provoquent sont immédiats et incontrôlables. Ces compositions ne sont disponibles qu’en extrait de parfum, et pour une véritable appréciation ne s’essaient qu’à même la peau. L’avantage des concentrations en extrait de parfum est que la composition est mise immédiatement à nu, les défauts ou à l’inverse les qualités sont repérées dès le premier sniffage. Ici, on tire son chapeau pour la qualité des matières premières qui transparaît de suite. Le parfum qui a produit véritablement un effet coup de foudre sur moi est Kiki. Je salivais déjà, avant même d’avoir essayé le jus, à la lecture des notes : une lavande poudrée, musquée, fruitée construite autour d’un accord caramel / patchouli / oppoponax / fruits exotiques.

L’essai a été concluant, je me suis laissée fondre dans ces coussins de lavande musquée puissamment enveloppants et en même temps étonnamment pétillants. Je n’ai su que par la suite que ce parfum me convenait doublement puisque la créatrice l’a conçu en hommage à la ville de Paris, où je suis née et que je ne me lasse pas de traverser en long et en large. L’envol de Kiki me fait penser à une pastille effervescente, ce sont les fruits exotiques qui arrivent en fanfare pour commencer à la fois frais et piquants. Puis vient le meilleur moment, où la lavande, pièce maîtresse de la composition, entre en scène et se laisse observer jusqu’à la fin sous tous les angles. Tournoyant sur la peau, on la perçoit tantôt acide, tantôt cotonneuse, tantôt fardée (poudrée). Elle est assez stylisée dans ce parfum, car bien qu’on la reconnaisse, elle n’a rien de classique. J’avais eu peur que le fond ne se termine sur une note écoeurante de caramel, car ma peau a une fâcheuse tendance à faire sucrer les parfums : il n’en fut rien. Le fond se termine sur un musc propre et sec, intensifié par la présence de la lavande (une odeur de propre pour une grande partie de la population).

Sur les 3 parfums de Vero Profumo, c’est celui qui est le plus confortable et le plus facile à porter, Rubj et Onda étant un peu trop forts les premiers moments. En effet, la concentration en extrait fait que le parfum est bien présent, même pour le porteur. Rubj est un fleuri : fleur d’oranger, jasmin et notes fruitées qui, à mon nez bizarrement, est vraiment ressorti sous la forme d’une tubéreuse. N’ayant pas une affection inconditionnelle pour la tubéreuse, c’est celui que j’ai le moins aimé. Onda lui est très rustique, un cuiré-boisé puissant armé de vétiver et d’épices, qu’il faut savoir laisser évoluer sur la peau car il est âcre au départ. Mais il prend par la suite une tournure animale osée et assumée qui le rend atypique.

Pour plus de renseignement sur Vero Profumo contacter Vero Kern à : profumo<at>veroprofumo.com
ou : Grebelackerstrasse 7
CH-8057 Zürich
SWITZERLAND

Publicités

L’Occitane : Bougie parfumée, Lavande Ambrée

Le plaisir des parfums ne se résume pas seulement aux parfums pour la peau. Beaucoup d’odeurs et de senteurs sont aussi agréables à porter sur soi, qu’à sentir chez soi, dans une pièce, une armoire, sur du linge… Les bougies parfumées sont utilisées depuis très longtemps pour créer une atmosphère agréable chez soi, et donner à sa maison, selon les saisons, une humeur, une signature. Je considère le choix du parfum d’intérieur aussi important que lorsque l’on choisit son propre parfum, d’autant plus que l’on exprime aussi beaucoup de choses en parfumant son intérieur, mais de façon différente. Dans une maison, le parfum va jouer un rôle important dans la notion d’accueil et d’hospitalité. Comme pour une personne, l’hygiène et la propreté rentrent en ligne de compte, on dira plus facilement d’une maison qui sent mauvais qu’elle est mal entretenue, que d’une maison où l’atmosphère est délicatement parfumée.

Bougie Lavande Ambrée, L'occitaneIl existe plusieurs moyens de diffuser des senteurs dans son intérieur : encens, bougies, papiers, parfums solides, cristaux… J’aime particulièrement les bougies, et j’ai choisi de parler aujourd’hui de la bougie parfumée Lavande Ambrée de L’Occitane. La bougie se présente dans une boîte octogonale en aluminium, une pastille mauve sur le couvercle. Cette lavande m’a plu car elle est à la fois très naturelle mais aussi travaillée et raffinée, grâce à l’aspect doux et moelleux apporté par l’ambre. C’est une bougie simple, et son parfum lui ressemble. On aimera ce côté rustique apporté par l’odeur de lavande, celle que l’on retrouve dans nos vieilles armoires à la campagne, glissée entre les draps. Et on aimera aussi la belle cire blanche et fine, une cire végétale ici, qui accentue l’impression de crémeux donné par l’ambre aux effluves vanillées.
La bougie est conçue pour brûler environ 20 h. Après 2 h de diffusion, et selon la taille de la pièce, le parfum a bien rempli l’espace, et il reste présent assez longtemps lorsque les fenêtres ne sont pas ouvertes.

Une bougie à faire brûler selon les humeurs et les envies, pour parfumer ou désodoriser l’intérieur.

Sources : L’Occitane (photo)

Lavandes, Serge Lutens : Gris Clair et Caron : Pour Un Homme

Le printemps est déjà là, et j’avais envie de prendre un peu d’avance sur les odeurs estivales. Alors pour donner suite aux études comparatives déjà menées sur les parfums à la vanille et les parfums à la tubéreuse, j’ai choisi aujourd’hui de faire l’analyse comparée de Gris Clair de Serge Lutens et de Pour Un Homme de Caron. Ce sont deux parfums construits autour de la lavande, une odeur familière, apaisante et rafraîchissante pour beaucoup d’entre nous. En effet, l’odeur de la lavande est souvent associée aux odeurs de linge propre, souvent grâce aux eaux pour le linge ou aux petits sachets parfumés à glisser dans les tiroirs et les armoires… C’est pour moi une odeur de détente et de tranquillité, et les parfums qui en contiennent me suggèrent souvent cette atmosphère fraîche et reposante.

Parfum en demi-ton, présent et discret, Gris Clair de Serge Lutens est une eau aromatique qui glisse sur la peau. Construit autour de la fleur de lavande, ce parfum l’explore par le côté sec, la fleur du flacon sèche sur la peau et nous offre des grains de lavande secs et gris pâle. Son évolution est aride, on ne sait plus tout à fait si le parfum est toujours là, car son ton est presque minéral. Il sent comme ces roches grises surchauffées par le soleil où pas une pointe d’humidité ne subsiste, tout est bu et asséché. Il en résulte une étrange sensation de sérénité. Un état brut, silencieux, comme la nature par journée de canicule… Rien ne bouge, seuls les insectes trouvent encore la force de voler. Malgré cette sensation intense d’un soleil de plomb, Gris Clair me semble aussi bien adapté à la saison hivernale qu’à l’été, car c’est un parfum au souffle léger. Il se décompose ainsi : Pollens, Racines / Lavande, Notes sèches / Notes orientales. Les notes orientales ici se résument pour moi à des notes musquées, car Gris Clair n’a rien d’opulent, ni de balsamique, ni de fondant.
A l’inverse, Pour Un Homme se révèle beaucoup plus miellé par des notes plus rondes et plus généreuses. Pour autant, Pour Un Homme ne fait pas du tout lourd ou sucré, mais il a effectivement une présence plus affirmée. Créé en 1934, ce parfum est un grand classique mais que je trouve toujours d’actualité. Sa note est simple, intensément aromatique avec la lavande en particulier, mais aussi le romarin et la sauge. Voilà pour l’élégance. Viennent ensuite le bois de cèdre, le bois de rose et la mousse de chêne en fond pour la noblesse. S’ajoutent au précieux mélange la rose, la vanille, la fève tonka et le musc pour la douceur, la rondeur et la finesse. C’est vraiment le côté miel lavandé qui ressort sur ma peau, l’ensemble donne un fini légèrement carné où j’irais presque jusqu’à sentir une pointe de cuir. Délicieux. Bien que ce soit l’un des masculins les plus célèbres de l’histoire de la parfumerie, je trouve ce parfum parfaitement unisexe, plaisant à porter en toute situation, hormis l’été, car la note carnée s’intensifie avec la chaleur.

La note lavande pure se poursuit plus longtemps avec Gris Clair, là où Pour Un Homme se tourne vers un aspect plus sophistiqué où l’on distingue toujours la lavande mais entourée et enveloppée par les notes sèches du bois de cèdre, et le moelleux de la vanille.
Gris Clair est un parfum à porter avec une chemise blanche, un solitaire autour du cou. Pour Un Homme se porte lui aussi très simplement avec des gants en cuir.

Christian Dior : Eau Noire

Flacon de Eau Noire, Christian DiorEau Noire de Christian Dior. Découverte en même temps que Bois d’Argent, j’ai dû attendre pratiquement un mois de plus avant de me décider à parler de la troisième et dernière Cologne de Christian Dior. Sortie en 2004 sous la direction de Hedi Slimane, Eau Noire a été créée avec Francis Kurkdjian, un parfumeur très demandé et qui connaît un grand succès.

J’ai pour Bois d’Argent une affection sans limite, pour Eau Noire il s’agirait plus de passion. Sombre, intense, audacieuse, sa puissance aromatique me fait tourner la tête (dans le bon sens). Elle donne à la peau un aspect complètement différent, on a l’impression de l’avoir frictionnée avec des herbes fraîches, puis de l’avoir légèrement poudrée. Je la trouve incroyable. Elle ne se range nulle part, elle est chaude et fraîche, piquante et douce. C’est une fantaisie parfumée, et pour autant il se dégage de ce parfum une sorte de classe innée. Je ne la trouve pas citadine cependant, elle est du meilleur effet portée avec un costume ou un tailleur. Mais pour moi elle sent les vacances, les herbes folles, les parfums denses des promenades dans la nature. La couleur de son jus (vert émeraude) la rend presque mystérieuse. Je crois qu’elle sent une partie de soi-même lorsqu’on la porte, c’est finalement le cas avec tous les parfums, mais Eau Noire est magique, c’est un élixir qui fait ressortir de vous une essence et une présence un peu spirituelle.
Ce que j’aime le plus dans Eau Noire, c’est son accord aromatique. Le terme aromatique est donné aux plantes qui sont riches en huiles essentielles, on retrouve donc dans cette liste : lavande, thym, sauge, romarin, sariette, serpolet, pour les plus connues.
Dans les civilisations grecque et latine, qui forment aujourd’hui l’héritage de la civilisation européenne, il faut savoir que les aromates ont joué un rôle excessivement important surtout dans les rites religieux. Avant que le parfum ne se démocratise, l’usage des herbes aromatiques était exclusivement réservé aux rites religieux et toutes utilisations autres étaient sévèrement condamnées. Aujourd’hui la perception de ces plantes est très différente, mais elles véhiculent toujours avec elles une symbolique forte (et plus ou moins consciente) de pureté et de divinité (en Grèce Antique, la pureté des dieux venait du fait qu’ils se nourissaient des vapeurs aromatiques des herbes que les mortels faisaient brûler pour eux). Cette symbolique est peut-être l’une des raisons pour lesquelles j’aime tellement Eau Noire, mais j’ai aussi passé des vacances baignée dans cette atmosphère d’herbes odorantes, il y a donc aussi, et surtout, le rôle joué par l’évocation et la mémoire. En réalité, ces plantes sont aussi connues, en plus de leurs caractéristiques odorantes, pour leurs propriétés médicinales, ce qui joue aussi un rôle important dans l’attrait qu’elles représentent pour leurs utilisateurs.
Le thym (thymus vulgaris est l’espèce la plus connue et celle dont on tire l’huile essentielle) est une plante rampante de la famille des Lamiacées qui doit son nom au thymol, une substance bactéricide. C’est une plante très résistante qui pousse dans les terres arides et rocailleuses des régions méditerranéennes, et dont les fleurs sont blanches ou rose pâle. Il est connu en médecine pour ses propriétés antiseptiques, expectorantes, anti-spasmodiques et anti-virales.
La sauge (Salvia) est aussi une plante de la famille de Lamiacées, son nom vient du latin « salvare » : sauver. Elle possède en effet de nombreuses vertus médicinales (antiseptique, bactéricide, calmante, digestive, énergétique, fébrifuge…). Un dicton provencal dit : « Qui a de la sauge dans son jardin, n’a pas besoin de médecin. »
La lavande (lavendula) fait aussi partie de la famille de Lamiacées, pousse sous forme d’arbrisseau (buisson) et porte des fleurs en forme d’épi de blé, mauves ou violettes. Elle pousse dans des sols calcaires et ensoleillés. C’est une plante mellifère, très recherchée par les abeilles. Elle est connue depuis l’époque des Romains qui s’en servaient pour parfumer leur linge et leur bain. Elle connaît un usage très important en parfumerie depuis ses origines jusqu’à nos jours. Elle a aussi des propriétés médicinales, proches de celles du thym et de la sauge : antiseptique, bactéricide, désinfectante, calmante, anti-spasmodique, cicatrisante…
Toutes ces propriétés empiriques, qui se recoupent avec la symbolique religieuse (qui sont d’ailleurs en lien avec l’idée de pureté donc de divinité) et qui s’ajoutent à un vécu, expliquent mon attirance, et celle de bien d’autres personnes, pour ces plantes et par ce biais, pour toute préparation odorante qui les contient.

Car c’est précisément cet accord aromatique qui me rend totalement folle, et qui me donne envie de m’asperger littéralement avec Eau Noire. Ce serait cependant une très mauvaise idée, car bien qu’elle soit merveilleuse, elle est saisissante et prend vraiment au nez. Elle tient de plus excessivement bien, deux ou trois pulvérisations suffisent.
Composée d’absolu de thym blanc et de sauge, de bois de cèdre et de violette, elle développe aussi des notes de lavande que l’on sent très longtemps, de vanille et d’une petite touche chocolatée. Point de sucre, mais de la douceur en effet, et une épaisseur sombre, comme celle du chocolat noir. Je ne serai pas surprise que le romarin entre aussi dans sa composition.
C’est un parfum qui me suggère la réflexion et le calme, j’ai envie de la porter chez moi, ou avec des proches. Elle est exceptionnelle, on a envie de la sentir chaque fois qu’on la met, pour ne pas s’y habituer et ne pas l’oublier. Eau Noire est bien plus qu’une eau de Cologne, ce n’est pas précisément un parfum, car son accord n’est pas terriblement complexe, mais je pense que c’est cette caractéristique qui la rend si intéressante et si marquante. Elle se vaporise à large jet sur tout le corps et sur votre mouchoir, pour avoir cette odeur enchanteresque disponible à chaque instant.

Sources : OsmoZ, Wikipedia


La Wish-List de Nez Bavard

Parfums Bois d'Argent - C. Dior / Ambre Narguilé - Hermès / L'eau de l'eau - Diptyque / Angélique Noire - Guerlain / Splash Forte - IUNX / Egoïste - Chanel / Iris Silver Mist - Serge Lutens / Vétiver Tonka - Hermès
Bougies Amber Ambush - Memo / Foin Coupé - Diptyque / Maquis - Diptyque / Orangers en Fleurs - L'Artisan Parfumeur

Archives

Poivre Bleu sur Twitter

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.