Posts Tagged 'oeuvre noire'

L’Œuvre Noire By Kilian II

Nous sommes aujourd’hui le 18 octobre 2007, soit 2 semaines après l’ouverture très remarquée du stand By Kilian au Printemps Haussmann. L’engouement pour la nouveauté ne s’est pas fait attendre! Le stand et ses parfums ont connu un vif succès en ce début de lancement, malgré le prix élevé de la marchandise.
J’ai pris mon temps il est vrai pour analyser ces parfums. Maintenant je dois tout mettre à plat et donner mon avis. Dans les différents commentaires que vous avez laissé dans le billet précédent, chers lecteurs, on peut lire plusieurs types de réactions. Mais j’ai surtout pu relever que je n’ai eu aucun « Whaou c’est somptueux! Magnifique! Exceptionnel! Du jamais-vu! ». Et c’est bien là mon propos… L’Œuvre Noire By Kilian, c’est un concept bien ficelé, vu de l’extérieur, soutenu par tout un tas de références littéraires… Dans le dossier de presse disponible sur le site de By Kilian, on peut lire :

« Pour moi, l’oeuvre noire, c’est celle qui brouille le coeur de Faust, celle encore qu’invoquent les sorcières de Macbeth, celle enfin qui embrume l’esprit de Rimbaud. Mais c’est aussi celle des textes du R&B d’aujourd’hui – 50 cent, Snoop Dogg, Pharell Williams –, chanteurs de la tentation, confrontés à la violence urbaine, comme Baudelaire avant eux et exprimée dans ses poèmes en prose ». Kilian Hennessy

A vouloir creuser un peu, le tout est pour moi légèrement confus, et surtout assez inaccessible pour une clientèle lambda. On va du bouclier d’Achille en relief sur les flancs des flacons (bien qu’il n’ait pas grand chose à voir avec celui décrit dans L’Iliade), aux textes de Pharell Williams, en passant par les poèmes de Baudelaire, Les Liaisons Dangeureuses de Pierre Choderlos de Laclos et la théorie alchimique…Ces références sont-elles là pour donner une notion d’intemporalité? Sûrement. By Kilian est une marque (de niche) comme les autres, elle a un concept, et défend son bout de viande, comme tout le monde. Je me demande tout de même parfois s’il est tellement nécessaire de travailler à ce point une idée, jusqu’à la rendre presque inintelligible pour les personnes extérieures. Que recherche-t-on ici? Prouver que l’on sait lire autre chose que du Barbara Cartland?
L’ensemble est très raffiné, esthétiquement, il n’y a rien à redire, c’est vrai. Je l’ai dit plusieurs fois dans mes billets, je pense que l’important dans une marque de parfums, ce sont… les parfums. Ce qu’il y a autour est souvent en trop et, dans la mesure du possible, ne doit pas trop influencer l’amateur de parfum. Mais… je trouve que dans la cas présent, la marque et ses créateurs se prennent un peu (trop) au sérieux. Enfin, personnellement, ça me fait un (petit) peu rire. Selon ce principe, le travail de Serge Lutens est beaucoup plus remarquable et en même temps plus discret.

Le grand atout de L’Œuvre Noire By Kilian réside dans ses matières premières, qui ont été choisies avec grand soin. La vie de ces parfums sur la peau est palpable, leur évolution est délicate, maîtrisée en un mot : raffinée. Chacun ayant une excellente tenue, cela va de soi.
Le grand défaut de L’Œuvre Noire By Kilian vient du fait que ces parfums n’ont rien d’exceptionnel en dehors des matières premières qui les composent. Je veux dire par là que les accords développés ont quasiment tous une inspiration venant de la parfumerie grand public ou de niche. Pendant les 2 premières heures au cours desquelles j’ai découvert ces parfums, j’ai été sciée. Parce que la qualité des matières prenait beaucoup de place, ce qui faisait que les parfums se démarquaient vraiment du reste. Mais très vite, l’impression de déjà-senti a pris la place : Love est une reprise en plus sucré du Flower Bomb de Viktor & Rolf (encore plus évidente dans l’extrême); Beyond Love c’est Tubéreuse de L’Artisan Parfumeur en moins crémeux (même si la tubéreuse est une fleur difficile à travailler et à rendre inédite, la ressemblance est trop évidente pour ne pas être relevée) ; A Taste of Heaven est un mélange de Pour Un Homme de Caron (en tête) avec Fou d’Absinthe de L’Artisan Parfumeur ; Liaisons Dangeureuses reprend l’accord fruité-rose-bois très en vogue comme le signale un lecteur dans le billet précédent vu notamment dans les Juliette Has A Gun. Straight to Heaven et Cruel Intentions sont les plus originaux à mon nez.
A Taste of Heaven et Straight to Heaven sont mes préférés (les 2 masculins), parce qu’ils ont sur moi une dimension intéressante : de confort pour A Taste of Heaven et d’androgynité pour Straight to Heaven.

Mon opinion sur la marque est en définitive assez neutre. Je ne suis ni convaincue, ni emballée. J’ai beaucoup apprécié le beau travail qui a été fait au niveau des composants, en même temps que j’ai été déçue par le manque de parti pris olfactif et l’aspect grandiloquent du concept. J’attends de voir ce qui va venir puisque d’autres parfums sont sûrement prévus et/ou un élargissement de la gamme.

Sources : http://www.bykilian.com (photo de Kilian Hennessy)

Publicités

La Wish-List de Nez Bavard

Parfums Bois d'Argent - C. Dior / Ambre Narguilé - Hermès / L'eau de l'eau - Diptyque / Angélique Noire - Guerlain / Splash Forte - IUNX / Egoïste - Chanel / Iris Silver Mist - Serge Lutens / Vétiver Tonka - Hermès
Bougies Amber Ambush - Memo / Foin Coupé - Diptyque / Maquis - Diptyque / Orangers en Fleurs - L'Artisan Parfumeur

Archives

Poivre Bleu sur Twitter

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

Publicités