Posts Tagged 'reminiscence'

Mardi, c’est patchouli

Hier, vous vous êtes peut-être demandé ce que Nez Bavard voulait insinuer en disant que les parfums au patchouli se concevaient comme des fragrances vulgaires. Et bien il voulait insinuer que parfois notre ami Patchouli traîne avec de vils personnages peu recommandables… Des gens comme Calvin Klein et ses acolytes : la vanille, l’ambre, le musc (des quartiers mal famés bien sûr), qui nous font des Euphoria à vous assassiner l’appétit le plus coriace qui soit.

Enfin, bon, pourquoi je dis tous ça, et bien parce qu’aujourd’hui nous allons parler d’une référence, d’un monstre, d’un mythe, d’une légende patchouli (oui, oui, j’en rajoute), je veux bien sûr parler du Patchouli de Réminiscence. Le rapport avec l’introduction? J’y viens…

Ne nous méprenons pas, ce parfum occupe une place importante dans la liste des fragrances patchoulitées, cependant, autour de lui, une époque mais surtout un univers olfactif se sont cristallisés. Créé en 1970 par Francis Camail, le Patchouli de Réminiscence est rapidement devenu une référence en réponse à l’engouement et à la fascination populaire pour les senteurs venues d’Extrême-Orient à cette époque. Mais le patchouli en a fait les frais, à tel point que pendant un moment, le terme désignait à lui seul un parfum bon marché de mauvaise qualité, souvent synonyme de vulgarité. Pour ne rien rajouter au folklore déjà véhiculé par ce parfum, la maison le qualifie aujourd’hui de « L’âme de Réminiscence ». Et malheureusement, le folklore est fidèlement perpétué par l’odeur.

Non pas que la fragrance soit désagréable, mais elle a tous les atouts d’un parfum vendu sur le marché : le rendu sur la peau est bas de gamme et les matières utilisées n’ont pas grand chose de convaincant pour redresser la barre. Le départ est puissant, un peu confit et tournant autour de notes ambrées, vanillées. Le stade suivant évoque tout à fait l’ambiance hippie, squat, bougie, peace, love, aime ton voisin, encens et compagnie : une sorte de mélange camphré, boisé et légèrement fumé. Le fond n’aura plus rien à voir avec la tête : très sec, on sent surtout le cèdre qui domine et une très petite touche ambrée. Je me suis demandé tout au long où se trouvait vraiment le patchouli dans cette création. Entouré de différentes choses plus présentes que lui, il est timide dans ce parfum (ce qui est carrément un crime de lèse-majesté) et fait, il faut bien le dire, un peu cheap. Je ne dirais pas que ce parfum est raté… Mais il est à mon sens un peu hors sujet (en terme d’odeur), et pas vraiment de qualité.

Les massacres en règle du patchouli n’ont pas tous appartenu à la vague hippie. La mode du patchouli est revenue il y a quelques années pour le pire et le meilleur, et le champion toutes catégories dans ce domaine fut Monseigneur Angel, avec pas moins de 30% d’essence pure de patchouli dans la composition. Même s’il faut reconnaître à Thierry Mugler une audace et un formidable coup de maître à l’époque de son lancement, on est quand même bien loin de la beauté et de la force de cette matière. Mais en cherchant bien, on peut à nouveau redécouvrir et apprécier notre ami Patchouli lorsqu’on le traite avec respect. A suivre…

Publicités

La Wish-List de Nez Bavard

Parfums Bois d'Argent - C. Dior / Ambre Narguilé - Hermès / L'eau de l'eau - Diptyque / Angélique Noire - Guerlain / Splash Forte - IUNX / Egoïste - Chanel / Iris Silver Mist - Serge Lutens / Vétiver Tonka - Hermès
Bougies Amber Ambush - Memo / Foin Coupé - Diptyque / Maquis - Diptyque / Orangers en Fleurs - L'Artisan Parfumeur

Archives

Poivre Bleu sur Twitter

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

Publicités