Posts Tagged 'rose'

Investigations en terres masculines III

Les parfums de Rosine : Rose d’Homme

Voici la preuve flagrante que les fleurs aussi vont très bien aux hommes, ce qui fait que les femmes auront encore moins de scrupules à s’approprier Rose d’Homme. Car aussi surprenant que cela puisse paraître (pour un masculin), on ne peut pas passer à côté de la rose présente dans ce parfum parce que c’est elle qui charpente toute la construction.

Opulente, épaisse et parfumée, elle est apparente dès le départ dans un bain citronné. Fraîche dans les premiers temps car accompagnée des effluves humides du patchouli, elle deviendra au fur et à mesure de l’évolution de plus en plus sèche avec quelques sursauts de rondeur. C’est la lavande qui entame la marche, et qui lui donne un air classique. Mais entre ses pétales denses, je devine une présence poivrée et épicée, une pointe de cannelle et peut-être une trace de clou de girofle. Mais voici le coeur, un coeur qui hésite entre les aspects fusants du vétiver et la force enivrante de la rose et du jasmin qui apparaît maintenant, mais pour trop peu de temps malheureusement. Le cuir enveloppe le tout, un beau cuir « pleine fleur » (c’est le cas de le dire) souple et distingué. Le sillage est puissant et très présent sur la peau.

Le fond est une sorte de pain d’épice à la confiture de rose, l’avalanche de sucre en moins. Et puis, d’un seul coup, le cuir se fait plus rêche, le sec et le crémeux du vétiver, du patchouli et de la vanille se mêlent, donnant à la rose, si puissante quelques instants plus tôt, un air plus discret et réservé. Le fond oscille maintenant entre la vanille, les épices, le cuir et bien sûr les bois.

L’originalité de ce parfum réside dans la surdose de rose, qui le rend très agréable à sentir sur peau d’homme, et peu commun en ce sens. Pour autant, il n’a rien d’ennuyeux sur peau de femme car à ce moment, c’est la présence affirmée du cuir et des bois qui apporte la surprise et lui donne une autre dimension.

Disponible dans la boutique du Palais Royal, 105 Galerie de Valois, 75001 Paris. 50ml et 100ml, 70 et 90€

Publicités

Chanel : Coco Mademoiselle

Aujourd’hui était la journée parfaite du parfum T-shirt. Une belle journée à peine voilée, une légère brise qui file sur vos jFlacon Coco Mademoiselle (c) Chanelambes, une paire de sandales et votre T-shirt blanc. Le tout parfumé avec Coco Mademoiselle. Conçu en 2001 par Jaques Polge, il a marqué le début d’un nouveau type de construction olfactive : les nouveaux chypre. En effet, contraints par la règlementation européenne de restreindre, voire d’annuler l’utilisation de mousse de chêne dans les compositions de chyprés, les parfumeurs ont dû s’adapter pour retrouver la sensation de matière fraîche et fusante puis dense et terreuse du parfum chypré. Je suppose qu’un substitut synthétique a pu être trouvé, ou bien plus simplement, que l’accord bergamote-rose-vétiver-patchouli a pris le pas sur le classique bergamote-rose-mousse de chêne-patchouli. Ce nouveau type de construction a été repris par la suite, notamment chez Narciso Rodriguez for Her, Agent Provocateur, Liaisons Dangeureuses de By Kilian, mais aussi chez Chanel avec Chance qui suivra 2 ans plus tard. Chance est d’ailleurs à mon goût plus abouti que son aîné, dont les accents sont plus doux et moins anguleux.

L’abandon de la mousse de chêne (nous en sommes tous désolés) donne un peu moins de profondeur aux créations chyprées. Cependant, cette contrainte a aussi permis d’alléger la composition et de la rendre plus lumineuse comme c’est le cas ici. Combiné à une puissante dose de musc blanc, le parfum est présent mais dans un aspect suave et arrondi. Coco Mademoiselle est l’illustration parfaite du parfum que l’on aime mettre après la douche, celui qui vous donne la sensation de rester propre tout en vous habillant. La publicité récente avec Keira Knightley illustre assez mal ce que je ressens lorsque je le mets. En effet, comme beaucoup de créations Chanel, Coco Mademoiselle n’est pas là pour être effacé et faire son timide, mais je lui trouve une simplicité et une fraîcheur douce qui ne s’accordent pas avec les attributs de soirée. Toujours est-il que l’on s’y sent bien dans ce parfum, comme dans son T-shirt.

Peut-être faut-il lui reprocher d’être un peu trop porté par les jeunes filles de bonne famille, des beaux quartiers, qui portent au bout de leur bras des sacs trop chers pour le commun des mortels et qui se parfument (s’il vous plaît) avec un Chanel, tout ce qu’il y a de plus respectable en somme. Mais le confort est à ce prix… Son succès est, quoiqu’il en soit, incontestable. Je ne sais pas s’il n’avait vocation au départ qu’a être un flanker de Coco, si tel est le cas, c’est certainement le flanker le plus rentable qui ait été lancé ces dernières années tant la gamme de produits dérivés s’est étendue. C’est un parfum dont la modernité a du bon, et qui me fait espérer encore de belles choses pour la parfumerie grand public.

Rose et parfumée, toute la semaine / A Roses’ Perfumed Week / Contribution

Read this post in English!

Je vous propose aujourd’hui le témoignage d’un homme, J.R. Faliu largement connu dans le monde aéronautique pour sa passion sans limite pour le vol à voile qui un jour tomba amoureux des rosiers de sa belle-mère et qui depuis passe la moitié de son temps à s’occuper des ses plantations (l’autre partie étant réservée au vol à voile). Lisez et voyez jusqu’où le parfum des roses nous emmène!

Témoignage de J.R.Faliu

C’est à 53 ans passés que j’ai découvert les roses. Et leur parfum ! Auparavant les voyages, la pédagogie, la vie de famille et les sports aériens étaient mes principaux objectifs.
Car en définitive, c’est leur parfum plus que leur beauté qui m’interpelle chez les roses. On ne peut qu’être passionné une fois qu’on s’est approché de leurs corolles. Des roses, il y en a des milliers, des botaniques, des hybrides, des anglaises, des simples, des très doubles, des remontantes, des buissons, des grimpantes, des monstres, et des qui sentent mauvais ! Mais ce sont les roses anciennes, les roses de France, dont le parfum est le plus merveilleux, le plus évocateur, celui qui s’imprègne dans notre cerveau.
Avoir des roses près de soi est un véritable bonheur du matin au soir. En évitant cependant les heures chaudes de la journée, pas trop favorables à leurs puissants attraits.
En tout premier lieu, il faut savoir que je possède, non, mieux, que 150 roses me possèdent ! Autant sur ma terrasse que dans mon jardin à la campagne parisienne. Je les connais par leur petit nom, bien entendu, et quand  » j’en fais le tour « , je sais par où je commence, et par où je finis ! Car, si de prime abord, certains se contentent de dire :  » Elles sentent bon  » en insistant un tant soit peu, on réalise que leurs parfums diffèrent grandement. Donc, dès que j’en respire une, un grand plaisir, et des images m’envahissent. Et je me laisse entraîner, avec délice, à ces rêveries…
Les variétés qui me plaisent le plus sont les suivantes. Et vous allez voir combien évocateurs sont leurs noms : Etoile de Hollande, Cuisse de Nymphe Emue, Roseraie de l’Haÿ, Constance Spry, Alfred Colomb, Crimson Glory, Ferdinand Pichard, Yolande d’Aragon. La liste n’a pas de fin….
Il est certain que nombreux, si pas tous, sont les parfums qui intègrent dans leur composition, l’huile essentielle de rose. Et aucun produit synthétique ne saurait la remplacer !

English Version

JR Faliu tells more about him

It is after my 53rd birthday that I was  » hit  » by roses. And their perfume. Before that, trips abroad, pedagogy, family life, and air sports were my main objectives;
Because, after all, it is their perfume, more than their beauty, that got me enthralled. Once you’ve approached them, you can only live a passion with roses. There are thousands of roses, botanic, hybrids, English,simple, very double, reblooming, bushes, climbing, monstruous, and even stinking ! But it is Old Garden Roses, the roses of France, who possess these unchallenged scents. The ones that go direct to your heart and brains.
Living in the vicinity of roses is a true happiness, morning to evening. Avoiding though the warmer hours of the day, while they’re having a rest.
To star with, you should know that I possess… No, better, I am possessed by 150 rose bushes ! As many can be found on my terrace as in my country-house garden. I do know them by their  » little  » name, and when I tour them, I know where to start and where to finish. If some people are satisfied saying :  » Their smell is gorgeous « , if you go a little deeper, they have quite different fragrances. So, as soon as one scent hits me, I find myself happy, dreaming, and forgetting what might be going on around !
My  » favourites  » are… And you’ll see how inticing their names are : Etoile de Hollande, Cuisse de Nymphe Emue, Roseraie de l’Haÿ, Constance Spry, Alfred Colomb, Crimson Glory, Ferdinand Pichard, Yolande d’Aragon. The list is endless.
It is obvious that most, if not all, perfumes for sale, integrate the  » essential oil of rose  » . No chemical product can compete with it.

Photos by Poivrebleu

Billet Rose/Rose Post IV

La Rose du Jour : Baronne Prévost
Ohoh, Baronne Prévost! Attention Mesdames et Messieurs, voici que passe Madame la Baronne!
Baronne Prévost a tout de la belle rose ancienne. Un tenue robuste, de nombreuses épines, de grandes fleurs larges avec de nombreux pétales, et un parfum très présent! Elle a une jolie couleur rose avec quelques petites touches lilas. Sa tenue rigide et son parfum entêtant nous informe de son rang. C’est une charmante rose classique dont l’odeur envahit toute pièce où elle s’installe en bouquet. C’est plus ou moins l’odeur du géranium rosat, en un peu moins vert et légèrement plus poudré : plus rose donc. Je l’apprécie pour son port érigé, son parfum et son air rustique, bien plus appréciables que ceux des roses modernes qui se ressemblent toutes… Madame la Baronne se fera un plaisir de vous donner rendez-vous dans ses jardins privés plutôt vers 19 h, le temps pour elle de se rafraîchir et de vous laissez entrevoir tous les charmes dont elle est parée.

Le parfum du jour : Les Parfums de Rosine, Rose d’Amour
Les parfums de Rosine sont une interminable source de parfums à la rose! A condition de ne pas en vouloir plus de 13… CeciFlacon Rose d'Amour, Les parfums de Rosine étant, je n’ai pas résisté à l’envie de vous parler de Rose d’Amour pour ce billet, car après La Rose de Rosine, La Rose d’Amour est la deuxième fragrance « classique » de la marque, et je le trouvais approprié pour une rose telle que Baronne Prévost. Le rôle classique joué par La Rose de Rosine a été celui de la rose poudrée. Ici, avec Rose d’Amour, on joue sur une impression de savon à la rose : un savon extrêmement parfumé, avec les plus précieuses essences, très crémeux, fabriqué avec le plus grand soin et un savoir-faire maîtrisé. Un parfum qui nous est familier, qui rafraîchit, détend et laisse une sensation de propre. Sur la peau, Rose d’Amour se révèle, comme le parfum du savon se révèle avec l’eau, et par la suite laisse un fini non pas poudré mais soyeux et crèmeux qui s’accorde très bien avec la peau. Peut-être par convention, je le visualise sur une belle peau rose et douce, à l’image de la délicatesse des pétales de la rose. Rose d’Amour exprime la tendresse et le rire, il est confortable et positif.

Sources : http://www.les-parfums-de-rosine.com (photo du flacon), Poivrebleu (photo de Baronne Prévost)

Billet Rose/Rose Post III

Nez Bavard a choisi aujourd’hui une rose et un parfum, tout deux au nom un peu mystérieux, lisez donc de quoi il en retourne…

La Rose du Jour : Sombreuil
J’aurais bien voulu écrire Sombroeil pour rajouter un soupçon d’intrigue en plus, mais Sombreuil est déjà assez évocateur. On pourrait dire que ce nom est bien mal approprié pour un si charmant petit rosier aux fleurs d’un beau blanc crème… La particularité de Sombreuil est qu’au centre de ses fleurs les pétales sont beaucoup plus nombreux, plus petits et plus serrés, ce qui crée une tâche sombre au milieu et donne l’illusion d’un oeil qui nous regarde quelque soit la position d’où on l’observe. Je trouve pour ma part la fleur réellement ravissante, j’ai toujours eu un faible pour les fleurs blanches (quelles qu’elles soient). Le parfum de Sombreuil n’est quant à lui, pas vraiment mystérieux, il est frais et légèrement vert, et a « le vrai parfum des roses thé » selon le descriptif d’André Eve. Ces roses avec leur bel aspect mousseux, leur parfum détendant et leur bonne tenue en font des fleurs très agréables à croiser dans un jardin, à condition de ne pas se laisser hypnotiser par L’oeil sombre…

Le parfum du jour : Diptyque, L’Ombre Dans l’Eau
Pour faire écho à Sombreuil, le parfum à la rose choisi aujourd’hui est un parfum de Diptyque, dont le nom L’Ombre Dans l’Eau peut évoquer beaucoup de choses : l’ombre d’un arbre à la surface de l’eau ou bien une ombre indiscernable dans une eau troublée par le mouvement… Tout est possible. Diptyque est une maison fondée en 1961 par trois amis issus du monde des beaux-arts, qui souhaitaient faire découvrir à sa clientèle la tradition de la parfumerie anglaise : pour plus d’information cliquez-ici. A noter qu’un « diptyque » en arts plastiques est une oeuvre de peinture ou de sculpture composée de deux panneaux l’un à côté de l’autre et dont les deux sujets se regardent et se complètent.
Le succès de Diptyque et sa réputation ont surtout été acquis à partir de 1963 lorsque la marque lança sa ligne de bougies parfumées pour la maison. L’Ombre Dans l’Eau a été créée en 1983 pour évoquer « le parfum d’un jardin vert au bord de l’eau ». Le côté mystérieux est cette fois-ci bien présent. Le jus est clair, mais l’odeur est vert sombre, et la rose du parfum est cachée, elle n’aime pas le soleil et la chaleur. L’Ombre Dans l’Eau me fait penser à L’Eau de Lierre toujours chez Diptyque, éclairé par le parfum d’une rose fraîche, comme Sombreuil. L’impression générale reste assez verte, je soupçonne donc, en plus de la feuille de cassis et de la rose bulgare, qu’on pourrait trouver dans la composition de la fragrance, du galbanum, de la mousse de chêne et peut-être un peu de vétiver. Ce serait donc presque un chypré. Car ce n’est pas seulement un floral vert, je perçois chez lui une petite touche racine sombre et un fond vert foncé qui doit être apporté par la mousse de chêne. L’Ombre Dans l’Eau me fait penser à un jardin clos, touffu, où il fait frais et où la lumière est apportée par rayons fins et parsemés : c’est là que l’on sent la rose. La fraîcheur est, pour moi, plus due à l’ombre qu’à l’eau, et c’est pour cela que j’ai du mal à imaginer un étang ou une mare quand je sens ce parfum.

Sources : Diptyque, Wikipedia, Osmoz, http://www.isolee.es (photo du flacon), Poivrebleu (photo de Sombreuil)

Billet Rose/Rose Post II

Nez Bavard vous invite aujourd’hui à découvrir la rose Paul Lédé et Joy de Jean Patou.

La Rose du Jour : Paul Lédé
Un rose piquante et sympathique, au parfum présent. Ses grands et nombreux pétales sont cornés et finissent souvent en pointe. Les pétales les plus à l’extérieur sont jaune-beige, tandis qu’au centre ils sont rose thé. Le contraste des deux est particulièrement appréciable, et Paul Lédé fait très bon effet dans un bouquet. Son parfum est présent mais pas agressif ou entêtant, il est assez fluet pour se faire oublier, mais il continue de déployer ses charmes dans toutes les pièces où il se trouve. Je dirais qu’il sent le thé au jasmin avec un petit voile poudré. Ses fleurs sont très décoratives, mais Paul Lédé ne se laisse pas approcher facilement, ses épines acérées vous rappelleront très vite que votre enveloppe, pauvres mortels, n’est faite que d’une fine couche de peau tendre. A noter que dans la catégorie « griffe de lionne », la rose Albertine est d’une férocité sans égale.

Le Parfum du Jour : Joy de Jean Patou
Offert à ma maman il y a quelque temps, j’ai souvent l’occasion de sentir dans le creux de son cou l’effluve rosé-jasminé de Joy. Pour la petite histoire Joy aurait été créé par Henri Alméras à la demande de Jean Patou qui souhaitait un « parfum-phare » pour sa maison. Créé en 1930, les premiers flacons de Joy auraient été offerts en cadeau aux plus riches femmes de Paris, pour les aider à surmonter le contrecoup de la crise boursière de 1929. La composition de ce parfum comprend essentiellement de la rose et du jasmin dans des proportions extravagantes : 10 600 fleurs de jasmin et 28 douzaines de roses sont nécéssaires pour réaliser 30 ml du précieux jus. La quantité de matières premières pour la compostion de Joy lui a valu un slogan assez surprenant : « Joy, le parfum le plus cher du monde! »
Joy est donc un concentré de fleurs. Compte tenu de la forte note animale du jasmin (surtout dans ces proportions) on obtient une rose charnue, carnée, opulente. Pour autant, ce parfum n’est pas agressif (sauf dans les 10 premières minutes), il possède un sillage persistant mais étonnament équilibré. Il est très agréable à sentir sur la peau : les premiers instants, je n’ai pu saisir que le jasmin ou plutôt : l’ylang-ylang et la tubéreuse, selon la description de la pyramide. Puis le coeur est vraiment un balancement entre la rose et le jasmin : absolu rose de mai, absolu jasmin de Grasse. On ne sait plus trop si on sent la rose ou le jasmin, ou le jasmin ou la rose… Le fond musqué assure le fini peau et la rondeur du parfum.

Sources : jeanpatou.com, escentual.co.uk (photo du flacon), Poivrebleu (photo de Paul Lédé)

Billet Rose/Rose Post I

Premier billet du projet : Rose et parfumée toute la semaine, nous allons comme prévu parler de rose, et de parfum!

La Rose du Jour : Gruss An Aachen
Pour une desription botanique, rendez-vous sur le site d’André Eve.
Gruss An Aachen est l’une de mes roses favorites, car elle résume assez bien tout ce que j’aime dans une rose. Un parfum, délicat et composé, une robe rose changeante de jour en jour (du rose peau au rose crème, puis pâle), des pétales fins très nombreux… voilà comment résumer Gruss An Aachen. Je l’aime tellement, que parfois, je cueille une jeune fleur, j’enroule sur la tige un ruban ou un fil, puis je la fixe sur une veste avec une épingle et j’obtiens une superbe broche odorante et inattendue. Elle est belle, juste à regarder, elle a été élue Plus Belle des Roses Anciennes au Congrès mondial des roses en 2000. En dépit du fait qu’elle puisse être moins parfumée que d’autres de ses collègues, j’apprécie le parfum de Gruss An Aachen aussi parce qu’il est subtil et moins spectaculaire que d’autres. Il faut parfois le chercher, le contourner pour enfin le saisir du bout du nez. C’est une sensation fraîche légèrement épicée qui ressort. C’est une belle rose de jardin, facile à vivre et à entretenir et qui fera des merveilles dans un bouquet.

Le Parfum du Jour : Les Parfums de Rosine, La RoseLa Rose de Rosine de Rosine
Gruss An Aachen était un bon résumé de la rose, La Rose de Rosine est un bon résumé du parfum à la rose. Notons tout de même qu’il ne faut pas réduire Gruss An Aachen et La Rose de Rosine à des résumés de l’idée de rose ou de parfum à la rose. Pour beaucoup, la rose emblématique doit être rouge sang, avec des pétales veloutés et doit exhaler un parfum enivrant! Gruss An Aachen est loin de répondre à tous ces critères, mais en revanche, François Robert s’est sans nul doute inspiré de cette image synthétique de la rose pour composer La Rose de Rosine. La fleur qui compose le parfum est d’ailleurs décrite comme telle sur le site : une rose rouge sombre au parfum puissant et grisant. Ce parfum est d’un romantisme affirmé, volutes raffinées, sillage poudré et persistant. La sensation première est assez aérienne, mais dans le sens d’un poudre fine déposée avec une houppette. Sur le coeur, la poudre s’atténue, laissant plus de place au parfum dense d’une rose rouge opulente et dominatrice. La composition de ce parfum donne presque un corps palpable à la fleur de La Rose de Rosine : Ylang, Jasmin, Fève Tonka et bien sûr les roses qui entrent dans le jus évoquent une rose potelée aux pétales épais et poudrés. La composition exacte comprend : violette, tagète, ylang, roses, rose de Turquie, rose de Bulgarie, jasmin, fève tonka, iris, baume du Pérou, benjoin.
Avec La rose de Rosine, la peau embaume la rose mûre et épanouie. Sa qualité en fait un parfum irréprochable, un classique sans nul doute, et un plaisir à porter, car il sent tout au long de la journée et tient très bien.

Sources : Les Parfums de Rosine, http://www.parfyym.pri.ee (photo du flacon), Poivrebleu (photo de Gruss An Aachen)


La Wish-List de Nez Bavard

Parfums Bois d'Argent - C. Dior / Ambre Narguilé - Hermès / L'eau de l'eau - Diptyque / Angélique Noire - Guerlain / Splash Forte - IUNX / Egoïste - Chanel / Iris Silver Mist - Serge Lutens / Vétiver Tonka - Hermès
Bougies Amber Ambush - Memo / Foin Coupé - Diptyque / Maquis - Diptyque / Orangers en Fleurs - L'Artisan Parfumeur

Archives

Poivre Bleu sur Twitter

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.