Posts Tagged 'piment'

L’Artisan Parfumeur et Piment Brûlant II

Voici le deuxième billet portant sur Piment Brûlant, de L’Artisan Parfumeur.
Le hasard (ou la chance) a voulu que ce parfum se soit retrouvé depuis peu en ma possession. Je connais ce parfum depuis le 18 novembre dernier, date à laquelle j’ai effectué le stage d’initiation au parfum pour les particuliers de L’Artisan. Je consacre ce soir un billet spécial à L’Artisan et à Piment Brûlant, pour en approfondir l’étude.
J’ai tout d’abord considéré ce parfum comme trop franc pour moi, comme s’il affirmait trop haut son appartenance au cercle fermé des parfums bouillant de caractère. Balivernes, balivernes me direz-vous ! J’ai depuis ce temps eu tout le loisir de former mon nez (bien que ce soit loin d’être fini), et de le sensibiliser à la délicatesse particulière des compositions. Comme je ne cesse de le dire, mon passage révélateur chez L’Artisan Parfumeur n’en finit pas de m’émerveiller. Je sens, je découvre, je m’adapte, je cultive mon odorat, mais j’en reviens toujours à mes premiers amours : les parfums de L’Artisan. Plus que les autres ils me parlent, m’interpellent ; et mieux que les autres, ils racontent sur ma peau une histoire, la mienne, différente tous les jours. Au-delà de l’aspect métaphorique, j’ai supposé vrai empiriquement ce que j’essaye d’exprimer par les figures de styles.
Je n’ai pas les connaissances chimiques qui m’accorderaient le droit d’appuyer mes hypothèses, ce que je peux dire, c’est que plus je porte ces parfums, plus il me semble que leur composition unique permet de développer sur la peau du porteur une odeur profondément personnelle. Par composition unique j’entends, composition qui permettrait une alchimie moléculaire très avancée, plus qu’avec les parfums d’autres marques. Cette perception me vient de la façon dont je sens le parfum évoluer sur ma peau, se fondre avec elle, jusqu’à en faire partie. Le parfum n’est plus un voile, ni un ajout : Je suis le parfum.
Je n’ai eu ce ressenti qu’avec les parfums de L’Artisan. J’ai d’ailleurs fait le test suivant : j’ai appliqué sur mon bras droit quelques gouttes de l’échantillon : La Chasse aux papillons Extrême (de L’Artisan). Puis sur mon bras gauche, j’ai pulvérisé un petit peu de : J’adore (de Dior, un parfum que néanmoins j’affectionne tout particulièrement). Le résultat est probant, les deux sentent bon, mais sur mon bras droit, l’odeur semble naturelle, faisant partie de la peau, elle attire puis transporte. Tandis que sur mon bras gauche, l’odeur est sophistiquée, agréable, mais on croirait qu’elle est posée, comme un bibelot sur une table, sur mon bras. Et cette impression n’est pas réservée à un nez « exercé », j’ai demandé l’avis de ma maman, et elle a reconnu les même choses. Elle a d’ailleurs trouvé une expression très parlante : « Sur ton bras gauche, l’odeur est comme fermée« . Elle n’est rien d’autre que son odeur…

C’est grâce à ce genre de petits tests et à l’apparition du concept de « Je suis le parfum« , que je me suis rendue compte que les parfums de L’Artisan étaient profondément adaptables, qu’ils s’exprimaient, littéralement, en fonction du porteur. De ce fait, leurs parfums m’étaient adaptés à partir du moment où ils me plaisaient. C’est donc ici que Piment Brûlant est réapparu. Avec ses braises et sa franchise. Là où Poivre Piquant est chaud et doux, Piment Brûlant est bouillant et charnel. Pour avoir pu le porter entièrement, je peux maintenant confirmer qu’il est certes plein de caractère, mais qu’il ne prend pas le pas sur moi et surtout qu’il ne colle pas d’étiquette ou d’image.

Tout ceci est certes assez subjectif, et il n’y a pas besoin d’aller aussi loin pour prouver la qualité des parfums de L’Artisan Parfumeur. Ce que je tente d’expliquer, c’est que, finalement, les parfums que l’on trouve en parfumerie ont des qualités, exeptionnelles pour certains, mais ils me laissent très distinctement l’impression d’être des ajouts, des superpositions lorsque je les porte, dans une mesure plus ou moins importante bien sûr. Cela ne m’empêche pas d’en apprécier un grand nombre, et d’aimer les sentir et les analyser. Même si j’idéalise un peu la maison, je ne pense pas me tromper en plaçant les parfums de l’Artisan Parfumeur, très au dessus du lot.

Publicités

L’Artisan Parfumeur : Piment Brûlant

Voici une petite étude consacrée aujourd’hui à Piment Brûlant chez L’Artisan Parfumeur. Pour ceux qui aiment les épices avec ce parfum vous serez comblé! Comme je l’ai dit dans les précédents billets, celui-ci a été lancé en 2006 conjointement avec Poivre Piquant et Safran Troublant. J’étais un peu réticente au début, n’ayant jamais connu de fragrance construite autour d’une épice aussi puissante que le piment, j’avais peur de tomber sur un parfum agressif, insupportable pour les narines… Il n’en est rien!
Il est vrai que je n’ai jamais senti un parfum tel que Piment Brûlant, c’est vraiment une odeur inédite (au même titre que Dzongkha, toujours chez L’Artisan Parfumeur, qui aura droit à son billet), qui ne laisse pas indifférent. La recette aurait été inspirée de celle d’un empereur aztèque du 16e siècle. Le plus surprenant c’est le côté saisissant de l’accord: comme lorsque l’on mord dans un quartier de citron. La force et la chaleur du piment sont arrondi par une note de chocolat, et soutenu par l’ambre et le musc.
Pyramide olfactive:Tête, Girofle / Pavot
Coeur, Piment mexicain / Chocolat
Fond, Musc / Ambre / Vanille
Existe en 50ml, 100ml ou 15ml dans le coffret.
Un parfum pour des personnes qui aiment porter des essences inhabituelles et qui n’ont pas peur de surprendre!


La Wish-List de Nez Bavard

Parfums Bois d'Argent - C. Dior / Ambre Narguilé - Hermès / L'eau de l'eau - Diptyque / Angélique Noire - Guerlain / Splash Forte - IUNX / Egoïste - Chanel / Iris Silver Mist - Serge Lutens / Vétiver Tonka - Hermès
Bougies Amber Ambush - Memo / Foin Coupé - Diptyque / Maquis - Diptyque / Orangers en Fleurs - L'Artisan Parfumeur

Archives

Poivre Bleu sur Twitter

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.